Copyright@2010 Hmong Roman Catholic / Pictures-all rights reserved, reproduction and copy prohibited _HMONG: USA,FRANCE,GUYANE,THAILANDE,VIETNAM,LAOS,CHINE...

XH.XYOOJ THOJ PAUL YUAV UA THAWJ TUG LEEJ NTSHIAB HMOOB

Gallery


Latest topics

» COV ZAJ NYEEM NRUAB LIS PIAM XYOO I 2016-2017
by Mim Today at 6:17 am

» COV ZAJ NYEEM HNUB CHIV XYOO A 2016-2017
by NrhiavTswvNtuj 8th December 2016, 12:32 pm

» XH.Zoov Ntxheb Yaj Nthuav Ntawv Ntshiab.
by Maiv Tooj 8th December 2016, 12:26 pm

» XH. Yaj Zoov Ntxheb lub Tsev THOOB TSIB
by Maiv Tooj 8th December 2016, 12:18 pm

» Xib Hwb Thoj Xyooj lub neej
by Maiv Tooj 6th December 2016, 10:30 pm

» Thov Leej Ntshiab YOS XES
by Maiv Tooj 3rd December 2016, 10:36 am

» COV ZAJ NYEEM NRUAB LIS PIAM XYOO II, 2015-2016
by Mim 2nd December 2016, 1:29 pm

» Qhia keeb kwm kev ntseeg. TP.Cwj Vuam CChiv.
by Maiv Tooj 28th November 2016, 9:58 pm

» Yes Xus lub ntsej muag tiag tiag.
by NrhiavTswvNtuj 26th November 2016, 1:52 pm

» HMOOB NPAM NAJ XEES
by NrhiavTswvNtuj 21st November 2016, 9:15 am

» MOO QAIJ QAUG
by Maiv Tooj 20th November 2016, 9:45 am

» TP.Txhiaj Foom lub TSEV Ntawv
by Maiv Tooj 19th November 2016, 12:04 pm

Suav neeg tuaj saib, txij hnub 17/09/2010 los mus.


    Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Share

    Mim
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1650
    Date d'inscription : 2009-10-16

    Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Mim on 15th May 2010, 3:09 pm

    Kuv tuaj tso ib co zaj piav txog dab phem teb. Thov txim kuv tsis tau muab txhais ua lus Hmoob.

    The Reality of Hell


    Stories of Persons who Visited Hell and Apparitions of the Damned

    The Reality of Hell

    One of the great dangers of this century, and thus one of the great triumphs of Satan, has been the growing disbelief in the existence of Hell. For many, Hell has become a fable, a myth, an outdated holdover from "the Old Testament God of fire, brimstone and judgment." Urged on by false doctrines and a want to believe that there can be no such thing as eternal punishment for serious wrongs "when Jesus is a God of love and kindness," many have thrown Hell out the window – along with concern for sin. After all, if there is no Hell, then why need there be concern for sin? Unfortunately, they forget that "I am the Lord and I change not" (Malachi 3:6). Hell has not suddenly evaporated because we would prefer it so. How subtle Satan is in these times. He increasingly tricks people into his web by disguising its very existence. He wants you to let your
    guard down. Please do not be deceived. Hell, eternal punishment for serious sins, exists. Scripture, the Church and reports of modern-day visionaries all confirm that Hell is a reality – never-ending reality for those souls who must reside there with Satan and all the other damned forever, because by their own free will and choice they rejected God while on earth and excluded themselves from communion with Him.


    The Bible and Hell


    There are over thirty repeated references to the existence of Hell in the Old Testament alone. For instance: "The sorrows of death have compassed me: and the perils of hell have found me" (Psalms [D-R] 114:3). "For the Lord Almighty will take revenge on them. In the day of judgment he will visit them: for he will give fire and worms into their flesh, that they may burn, and may feel for ever" (Judith 16:20 -21). "Depart from me, come not near me, because thou art unclean: these shall be smoke in my anger, a fire burning all the day" (Isaias 65:5). "A fire is kindled in my wrath, and shall burn even to the lowest hell...I will heap evils upon the transgressors of my law, and will spend my
    arrows among them" (Deut.32:22-23). "The congregation of sinners is like tow heaped together, and the end of them is a flame of fire" (Ecclesiasticus 21:10). "He shall be punished for all he did, and yet shall not be consumed:...he shall burn, and every sorrow shall fall upon him...All darkness is hid in his secret places: a fire that is not kindled shall devour him" (Job 20:18,22,26).


    In the Gospels, Jesus speaks of Hell more than of Heaven. In St. Matthew's Gospel, Jesus says "But I say to you, that whosoever is angry with his brother, shall be in danger of the judgment....And whosoever shall say, you fool, shall be in danger of hell
    fire" (St. Matt. 5:22). "The Son of Man shall send his angels and they will collect out of his kingdom all who cause others to sin and all evildoers. They will throw them into the fiery furnace, where there will be wailing and grinding of teeth" (St. Matt. 13:41-42). In St. Mark's Gospel, Jesus warns: "And if your hand causes you to sin, cut it off. It is better for you to enter into life maimed than with two hands to go into hell, into the
    unquenchable fire..." (St. Mark 9:42).


    A description of the last judgment in the Book of Apocalypse clearly makes the point: "And I saw the dead, great and small, standing in presence of the throne, and the books were opened; and another book was opened, which was the book of life; and the dead were judged by those things which were written in the books, according to their works. And the sea gave up the dead that were in it, and death and hell gave up
    their dead that were in them; and they were judged every one according to their works. And hell and death were cast into the pool of fire. This is the second death. And whosoever was not found written in the book of life, was cast into the pool of fire" (Apoc. 20:12-15).


    Jesus describes in St. Matthew's Gospel the last judgment as His separation of the sheep (those who loved God and neighbor) from the goats (those who did not). To the goats, Jesus says His indictment will be: "Depart from Me, you accursed, into the eternal fire prepared for the devil and his angels. ...And these will go off to eternal
    punishment, but the righteous to eternal life" (St. Matt. 25:41,46). Jesus Christ could not have been more clear that each of us, by our choices and conduct, risks eternal punishment after death – Hell.


    Apparitions of the Damned from Hell

    In Chapter 16 of the Gospel of St. Luke, Jesus tells a parable on Hell. A rich man who has died and is in Hell pleads with God to send the poor man Lazarus, who has gone to Heaven, back from the dead to warn his five brothers that Hell really exists. God replies:
    "If they will not listen to Moses and the prophets, neither will they be persuaded if someone should rise from the dead." However, God is so merciful that He has reportedly allowed certain of the damned in Hell to return to earth to witness to others that there truly is a place of eternal suffering – Hell – for those who disobey God and His commandments. Here are two examples of many such occurrences, documented in the annals of private revelation.


    God's 20th Century Warnings of Hell

    In this century alone, the number of persons being chosen by God to witness the reality of Hell is greater then all prior centuries combined. Clearly, as our world moves further away from belief in sin and punishment for sin, God increases His Divine Mercy by granting us more and more confirmations of that reality.

    St. Faustina Is Shown Hell


    St. Mary Faustina, a holy nun from Poland was canonized a saint by Pope John Paul II on April 30, 2000. Our Lord had her to visit Hell in 1936. Here is her awesome account of this horrifying and dreadful place: "Today, I was led by an angel to the chasms
    of hell. It is a place of great torture; how awesomely large and extensive it is! The kinds of tortures I saw: the first torture that constitutes hell is the loss of God; the second is perpetual remorse of conscience; the third is that one's condition will never change; the fourth is the fire that will penetrate the soul without destroying it – a terrible suffering, since it is a purely spiritual fire, lit by God's anger; the fifth torture is continual darkness and a terrible suffocating smell, and, despite the darkness, the devils and the souls of the damned see each other and all the evil, both of others and their own; the sixth torture is the constant company of Satan; the seventh torture is the horrible despair, hatred of God, vile words, curses and blasphemies. These are the tortures suffered by all the damned together, but that is not the end of the sufferings. There are special tortures destined for particular souls. These are the torments of the senses. Each soul undergoes terrible and indescribable sufferings, related to the manner in which it has sinned. There are caverns and pits of torture where one form of agony differs from another. I would have died at the very sight of these tortures if the omnipotence of God
    had not supported me. Let the sinner know that he will be tortured throughout all eternity, in those senses which he made use of to sin. I am writing this at the command of God, so that no soul may find an excuse by saying there is no hell, or that nobody has ever been there, and so no one can say what it is like. I, Sister Faustina, by the order of God, have visited the abysses of hell so that I might tell souls about it and testify to its existence. I cannot speak about it now; but I have received a command from God to leave it in writing. The devils were full of hatred for me, but they had to obey me at the command of God. What I have written is but a pale shadow of the things I saw. But I noticed one thing: that most of the souls there are those who disbelieved that there is a hell. When I came to, I could hardly recover from the fright.
    How terribly souls suffer there! Consequently, I pray even more fervently for the conversion of sinners. I incessantly plead God's mercy upon them. O my Jesus, I would rather be in agony until the end of the world, amidst the greatest sufferings, than offend You by the least sin."

    _____________________________________________________________________________

    La Réalité de l'Enfer

    Histoires de personnes qui ont visité l'enfer et Apparitions of the Damned

    La réalité de l'enfer


    Un des grands dangers de ce siècle, et donc l'un des plus grands triomphes de Satan, a été l'incrédulité de plus en plus en l'existence de l'enfer. Pour beaucoup, l'enfer est devenu une fable, un mythe, un vestige désuet de «l'Ancien Testament Dieu du feu, de soufre et de jugement." Poussés par de fausses doctrines et une envie de croire qu'il peut y avoir rien de tel que le chatiment éternel pour les torts sérieux », lorsque Jésus est un Dieu d'amour et de bonté», beaucoup ont jeté l'enfer par la fenêtre - avec le souci du péché. Après tout, s'il n'y a pas d'enfer, alors pourquoi faut-il y avoir le souci du péché? Malheureusement, ils oublient que «Je suis le Seigneur et je ne change pas" (Malachie 3:6). L’enfer n'a pas soudainement évaporé parce que nous le préférerions ainsi alors. Comment Satan est subtil en ces temps. Il amene de plus en plus de personnes par la ruse dans sa toile, en déguisant son existence même. Il veut que vous laissez tomber vos gardes. S'il vous plaît ne soyez pas trompés. L’Enfer, le chatimentn éternel pour les péchés graves, existent. L’Écriture, l'Église et les rapports des visionnaires des temps modernes confirment tous que l'enfer est une réalité - la réalité sans fin pour les âmes qui doivent y résider avec Satan et tous les autres damnés à jamais, parce que, par leur propre volonté et le choix qu'ils ont rejeté Dieu tandis que sur la terre et se sont exclus de la communion avec Lui.

    La Bible et l'Enfer

    Il y a plus de trente références répétées à l'existence de l'enfer dans l'Ancien Testament seul. Par
    exemple: «Les peines de mort m’ont encercle: et les périls de l'enfer m’ont trouvé (Psaumes [DR] 114:3). "Car le Seigneur Tout-Puissant va se venger sur eux. Dans le jour du jugement il leur rendra visite, car il donnera le feu et les vers dans leur chair, qu'ils peuvent brûler, et peuvent se sentir à jamais» (Judith 16:20 -21 ). "Va loin de moi, ne viens pas près de moi, parce que tu es impur: ces derniers doivent être de la fumée dans ma colère, un feu qui brûle toute la journée" (Isaïe 65:5). «Un feu est allumé dans ma colère, et brûle, même au plus bas de l'enfer... J’entasserai les maux sur les transgresseurs de ma loi, et j’epuiserai mes flèches contre eux" (Deut.32 :22-23). "La congrégation des pécheurs est un tas d’etoupe, et la fin d'eux est une flamme de feu" (Ecclésiastique 21:10). "Il sera puni pour tout ce qu'il a fait, et cependant ne cosume pas: ... il doit brûler, et tous les chagrins tombera sur lui ... Tous les ténèbres sont cachées dans ses lieux secrets: un feu qui n'est pas allumé doit le dévorer »(Job 20:18,22,26).

    Dans les Évangiles, Jésus parle de l'enfer plus que du Ciel. Dans l'Évangile de saint Matthieu, Jésus dit: "Mais je vous le dis, que quiconque est en colère contre son frère, est en danger de jugement .... Et celui qui dira, imbécile, est en danger du feu de l'enfer" (St. Matt. 5:22). "Le Fils de l'Homme enverra ses anges et ils ramasseront de son Royaume tous ceux qui causeront les autres au péché et
    tous les méchants. Ils les jeteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents" (Saint-Matt . 13:41-42). Dans l'Evangile de saint Marc, Jésus avertit: «Et si ta main est pour toi une occasion de péché, coupe-la. Il est préférable pour toi d'entrer dans la vie mutilé que d’avoir deux mains pour aller en enfer, dans le feu qui ne s’eteint pas ..." (9:42 Saint-Marc).

    Une description du jugement dernier dans le Livre de l'Apocalypse fait clairement le point: «Et je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône, et les livres furent ouverts, et un autre livre fut ouvert, celui qui était le livre de la vie et les morts furent jugés par les choses qui ont été écrites dans les livres, selon leurs œuvres. Et la mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et l'enfer ont
    renoncé à leurs morts qui étaient en eux, et ils ont été jugés chacun selon leurs œuvres. Et l'enfer et la mort furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort. Et quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie, fut jeté dans l'étang de feu »(Apoc. 20:12-15).

    Jésus décrit dans l'évangile de saint Matthieu le jugement dernier comme sa séparation des brebis
    (ceux qui aiment Dieu et le prochain) des chèvre (ceux qui n'aiment pas). Pour les chèvres, dit Jésus Son acte d'accusation sera: "Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. ... Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle" (St. Matt. 25:41,46). Jésus-Christ n'aurait pas pu être plus clair que chacun de nous, par nos choix et notre conduite, risquons le chatiment éternel après la mort - l'enfer.

    Apparitions des damnés de l'enfer

    Dans le chapitre 16 de l'Evangile de saint Luc, Jésus raconte une parabole sur l'enfer. Un homme riche qui est mort et est en enfer implore Dieu d'envoyer le pauvre Lazare, qui est allé au ciel, de retourner d'entre les morts pour avertir ses cinq frères que l'enfer existe vraiment. Dieu répond:
    «S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne seront pas persuadés, si quelqu'un des morts ressusciterait." Cependant, Dieu est si miséricordieux, qu'il aurait permis à certains des damnés de l'enfer pour revenir sur terre pour témoigner aux autres qu'il est vraiment un lieu de souffrance éternelle - Enfer - pour ceux qui désobéissent à Dieu et à Ses commandements. Voici deux exemples parmi de nombreux événements tels, documentés dans les annales de la révélation privée.

    20e Siècle Avertisments de Dieu au Sujet de l'Enfer

    Dans ce siècle seulement, le nombre de personnes choisies par Dieu à témoigner de la réalité de l'Enfer est plus grand que tous les siècles avant combinés. De toute évidence, que notre monde s'éloigne de la croyance dans le péché et le châtiment pour le péché, Dieu augmente Sa Miséricorde Divine en nous accordant confirmations de plus en plus de cette réalité.

    St. Faustine Est Montrée l’Enfer

    Sainte-Marie Faustine, une sainte religieuse de la Pologne a été canonisée par le pape Jean-Paul II le 30 avril 2000. Notre-Seigneur l’avait faire visiter l'enfer en 1936. Voici son témoignage impressionnant de ce lieu horrible et terrible: «Aujourd'hui, j'ai été conduie par un ange à l’abîmes de l'enfer. C'est un lieu de grande torture, si grand et étendu qu’ il est! Le genre de tortures que j'ai vu: le premier supplice qui constitue l'enfer est la perte de Dieu, le second est le remords perpétuel de la conscience, le troisième est que cette condition de ne changera jamais, le quatrième est le feu qui va pénétrer l'âme sans la détruire - une souffrance terrible, car il est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu, la cinquième torture est l'obscurité permanente et une terrible odeur étouffante, et, malgré l'obscurité, les démons et les âmes des damnés voient les uns les autres et tout le mal, à la fois des autres et leur propres, la sixième torture est la compagnie constante de Satan, la septième torture est le désespoir horrible, la haine de Dieu, les mots ignobles, les malédictions et les blasphèmes. Ce sont les tortures subies par tous les damnés ensemble, mais ce n'est pas la fin de la souffrances. Il ya des tortures specialement destinées aux âmes en particulieres. Ce sont les tourments des sens. Chaque âme subit des souffrances terribles et indescriptibles, liées à la manière dont il a péché. Il ya des cavernes et des trous de torture, où une forme d'angoisse diffère d'une autre. je serais mort à la vue de ces tortures, si la toute-puissance de Dieu ne m'avait pas pris en charge. Que le pécheur sache qu'il sera torturé pendant toute l'éternité, dans les sens dont il se servait pour le péché. J’ écris ceci
    à l'ordre de Dieu, de sorte qu'aucune âme ne peut trouver une excuse en disant qu'il n'y a pas d'enfer, ou que personne n'a jamais été là, ou que personne ne peut dire ce que c'est. Moi, Sœur Faustine, par l'ordre de Dieu, j’ai visité les abîmes de l'enfer afin que je puisse dire aux âmes à ce sujet et témoigner de son existence. Je ne peux pas en parler maintenant, mais j'ai reçu un commandement de Dieu de laisser un recit par écrit. Les diables étaient pleins de haine pour moi, mais ils ont dû me obéir à l'ordre de Dieu. Ce que j'ai écrit n'est qu'une ombre pâle de ce que je voyais. Mais j'ai remarqué une chose: que la plupart des âmes qui sont la sont ceux qui ne croyaient pas qu'il existe un enfer. Quand je suis revenue a moi, je pouvais à peine se remettre de la frayeur. Comment terriblement les âmes y souffrent! Par conséquent, je prie encore plus ardemment pour la conversion des pécheurs. Je sans cesse invoque la miséricorde de Dieu sur eux. O mon Jésus, je préfère être en agonie jusqu'à la
    fin du monde, au milieu des plus grandes souffrances, que de vous offenser par le moindre péché. "

    (Mam tuaj tso kom tas...)

    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5049
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Maiv Tooj on 15th May 2010, 5:30 pm



    Nyob zoo Mim,

    Yeej txaus ntshai kawg li, tab sis niaj hnub nim no coob leej mas tsuas hais los lus tias: Txoj kev ntseeg yog nyob ntawm yus lub tswv yim xwb. Tsuav yus ua Ntuj Kev Cai lawm ces tsis mus teev Ntuj los Tswv Ntuj tsis hais dab tsi, yeej tau li. Lawv tssi paub tias kev mus Teev Ntuj yog yus xa yus cov toob xib mus tsim vaj tsa tsev pem ub tos yus xwb. Kev yuav mus saum Ntuj los mus Dab Phem teb, tsis yog Tswv Ntuj coj yus musn yog yus thoov yus txoj kev mus xwb. Lawv xav yuam kev hais tias: "Kuv xav ua li kuv siab nyiam, kuv yuam Tswv Ntuj txoj cai, tab sis Tswv Ntuj yuav tsum coj kuv mus nyob pem Ntuj Ceeb Tsheej, vim kuv twb paub nws yog neeg zoo lawm". Piv li tus neeg tub nkeeg, tsis kam ua noj, yuav kom Tswv Ntuj cia li muab sov so los rau ntawm nws xub ntiag, yog tsis tau noj ces cem Tswv Ntuj phem.

    Nqe lus hauv nov mas kuv yeej hniov neeg hais ib txwd. Pab sawv daws tu siab kawg, tsam lwm hnub tsis muaj neeg pab tau leej twg li...Vim nyias tsis rau siab npaj nyias tej toob xib mus ua vaj ua tsev tos...





    Ntuj Txias Teb Tsaus, Dab teb

    Un des grands dangers de ce siècle, et donc l'un des plus grands triomphes de Satan, a été l'incrédulité de plus en plus en l'existence de l'enfer. Pour beaucoup, l'enfer est devenu une fable, un mythe, un vestige désuet de «l'Ancien Testament Dieu du feu, de soufre et de jugement." Poussés par de fausses doctrines et une envie de croire qu'il peut y avoir rien de tel que le chatiment éternel pour les torts sérieux », lorsque Jésus est un Dieu d'amour et de bonté», beaucoup ont jeté l'enfer par la fenêtre - avec le souci du péché. Après tout, s'il n'y a pas d'enfer, alors pourquoi faut-il y avoir le souci du péché? Malheureusement, ils oublient que «Je suis le Seigneur et je ne change pas" (Malachie 3:6). L’enfer n'a pas soudainement évaporé parce que nous le préférerions ainsi alors. Comment Satan est subtil en ces temps. Il amene de plus en plus de personnes par la ruse dans sa toile, en déguisant son existence même. Il veut que vous laissez tomber vos gardes. S'il vous plaît ne soyez pas trompés. L’Enfer, le chatimentn éternel pour les péchés graves, existent. L’Écriture, l'Église et les rapports des visionnaires des temps modernes confirment tous que l'enfer est une réalité - la réalité sans fin pour les âmes qui doivent y résider avec Satan et tous les autres damnés à jamais, parce que, par leur propre volonté et le choix qu'ils ont rejeté Dieu tandis que sur la terre et se sont exclus de la communion avec Lui.




    Maiv Paj Lug
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1634
    Date d'inscription : 2009-08-17

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Maiv Paj Lug on 15th May 2010, 11:43 pm


    Dab phem teb kuv pom ib zaug thaum yav sawv ntxov kuv tus ntsuj plig tau mus pom me me li Sister Faustine hais, Muaj tej kem ua hwb hoob thiab muaj ib co qhov tsua uas yus nkag mus rau hauv mas tsw hiav laws thiab tsw kub nyhiab cuag li puav dai taw kub nyhiab tus ntxhiab, kuv mus pom lawv coj ib co neeg los nplawm saum ib co txaj pob zeb, thaum cov neeg phem phem ntsej muag dab tuag caws caws pliav coj cov neeg los nplawm mas lawv hlawv rab nplawm liab ploog, thaum nplawm mas tus neeg quaj quaj , kuv pom zoo li lawv hais tias cov lawv nplawm pob tw kom siav ntawv mas yog thaum tseem ua neeg nyob yog cov nyiam kev sib daj sib deev ......zoo li kuv pom ib hoob mas kuj muaj ib co neeg lawv muab khi caj dab rau hluav taws txhiab.....kuv pom tsis ntev ces kuv ntshai dhau lawm kuv ntshai tsam cov neeg phem ntawv pom kuv tiam sis ho muaj 2 3 tus neeg nrog kuv thiab, muaj ib tug mas yog tus coj peb kev kom rov qab tawm hauv cov qhov tsua ntawv los, thaum peb mus kuj yog tus neeg ntawv tos peb ntawm lub qhov tsuas uas nkag rau puag hauv qhov as mus lawm thiab.

    Nov tsuas yog kuv li expérience xwb, tej zaum ib txhia ho pom txawv kuv los kuj muaj, vim dab phem teb muaj ntau hoob thiab ntau chav tsim txog tib neeg. Thaum kuv mus ntawv yog ntsuj plig mus xwb lub cev yeej tseem pw saum txaj tiam sis thaum tsim los mas yog lub cev mloog thiab ntshai tshaj ntsuj plig.

    Daim video hauv qab no qhia txog Noob Neeg kev tuag ib hnub muaj pes tsawg leej thiab yuav poob rau dab phem teb.



    Ntawm peb noob neej yeej muaj cov tsis ntseeg tias
    dab phem teb li ntuj ceeb tsheej muaj tseeb, lawv xav tias ntiaj teb
    thiaj yog qhov tseeb......tiam sis ntawm kuv tus kheej lub ntiaj teb
    nws tsuas muaj tseeb thaum peb tseem ua tib neeg nyob xwb
    ,
    txoj kev tuag lub cev sawv daws hla tsis dhau khiav tsis dim. Li no
    ntawm peb tus ntsuj plig nws yuav nyob mus li, yog yus tsis ceev faj
    thaum yus tus ntsuj plig mus rau dab phem teb lawm ces yuav rov tsis
    tau, thaum tseem ua neej nyob yuav tsum xav kom zoo thiab hwm Tswv Ntuj
    txoj lus yus thiaj yuav muaj ib chance khiav dim dab phem teb.







    <3 <3 Pab kuv rov los cuag koj Huab Tais Yesxus <3 <3

    Mim
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1650
    Date d'inscription : 2009-10-16

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Mim on 16th May 2010, 7:53 am

    Cov zaj xaus qhov kuv twb xub tso rau pem hauv ntej lawm...

    Sister Josefa Menendez's Description of Hell



    One of the greatest mystics of this century was Sister Josefa Menendez, who died in 1923 at the age of 33. This young Spanish sister, who had a short religious life of great suffering, experienced revelations throughout much of her life, compiled in The Way Of
    Divine Love
    . More than once, she was taken to Hell to witness and feel the suffering first-hand. Sister Josefa was reluctant to write on the subject of Hell, and did so only to conform to Our Lord's wishes. Sister Josefa repeatedly dwelt on what she described as the greatest torment of Hell, namely, the soul's inability to love. One of these damned souls cried out: "This is my torture...that I want to love and cannot; there is nothing left me but hatred and despair. If one of us could so much as make a single act of love...But we cannot, we live on hatred and malevolence..." (March 23, 1922).


    She records, too, the accusations made against themselves by these unhappy souls: "Some yell because of the martyrdom of their hands. Perhaps they were thieves, for they say: 'Where is our loot now? ...Cursed hands... Why did I want to possess what did not belong to me … and what in any case I could keep only for a few days?’

    "Others curse their tongues, their eyes...whatever was the occasion of sin... 'Now, O body, you are paying the price of the delights you granted yourself!...and you did it of your own free will...'" (April 2, 1922).

    "I saw several souls fall into Hell, and among them was a child of fifteen, cursing her parents for not having taught her to fear God nor that there was a Hell. Her life had been a short one, she said, but full of sin, for she had given in to all that her body and
    passions demanded in the way of satisfaction..." (March 22, 1923).


    "My soul fell into abysmal depths, the bottom of which cannot be seen, for it is immense. . . ; Then I was pushed into one of those fiery cavities and pressed, as it were, between burning planks, and sharp nails and red-hot irons seemed to be piercing my flesh. I felt as if they were endeavoring to pull out my tongue, but could not. This torture reduced me to such agony that my very eyes seemed to be starting out of their sockets. I think this was because of the fire which burns, burns. . . not a finger nail escapes terrifying torments, and all the time one cannot move even a finger to gain some relief, not change posture, for the body seems flattened out and [yet] doubled in two. Sounds of confusion and blasphemy cease not for an instant. A sickening stench asphyxiates and corrupts everything, it is like the burning of putrefied flesh, mingled with tar and sulfur. . . a mixture to which nothing on earth can be compared. . . although these tortures were terrific, they would be bearable if the soul were at peace. But it suffers indescribably. . . All I have written," she concluded, "is but a shadow of what the soul suffers, for no words can express such dire torment." (September 4, 1922).

    "Today, I saw a vast number of people fall into the fiery pit . . . they seemed to be worldlings and a demon cried vociferously: 'The world is ripe for me . . . I know that the best way to get hold of souls is to rouse their desire for enjoyment . . . Put me first . . . me before the rest . . . no humility for me! but let me enjoy myself . . . This sort of thing assures victory to me . . . and they tumble headlong into hell.' " (October 4, 1923)

    "Tonight I was transported to a place where all was obscure. . . Around me were seven or eight people; I could see them only by the reflections of the fire. They were seated and were talking together. One said: 'We'll have to be very careful not to be found out, for we might easily be discovered.'

    "The devil answered: 'Insinuate yourselves by inducing carelessness in them. . . but keep in the background, so that you are not found out. . . by degrees they will become callous, and you will be able to incline them to evil. Tempt these others to ambition, to
    self-interest, to acquiring wealth without working, whether it be lawful or not. Excite some to sensuality and love of pleasure. Let vice blind them. . . As to the remainder. . . get in through the heart . . . you know the inclinations of their hearts. . . make them love. . . love passionately. . . work thoroughly. . . take no rest . . . have no pity. Let them cram
    themselves with food! It will make it all the easier for us. . . Let them get on with their banqueting. Love of pleasure is the door through which you will reach them . . .' " (February 3, 1923).


    The Fatima Children Are Shown Hell

    In 1917, during World War I and that "hell on earth," the Virgin Mary
    appeared to three children at Fatima, Portugal, on the 13th of the month from May through October. During her appearance on July 13th, 1917, she showed these three young children, ages 7 to 10, a vision of Hell. Lucia, the oldest of the three children, relates that the Blessed Virgin Mary opened her hands, and "rays of light seemed to penetrate the earth, and we saw, as it were, a sea of fire. Plunged in this fire were demons and souls in human form, like transparent burning embers, all blackened or burnished bronze, floating about in the conflagration, now raised into the air by the flames that issued from within themselves together with great clouds of smoke, now falling back on every side like sparks in huge fires, without weight or equilibrium, amid shrieks and groans of pain and despair, which horrified us and made us tremble with fear. (It must have been this sight which caused me to cry out, as people say they heard me.) The demons could be distinguished by their terrifying and repellent likeness to frightful and unknown animals, black and transparent like burning coals. Terrified and as if to plead for help, we looked up at Our Lady, who said to us so sadly: "You have seen Hell where the souls of poor sinners go. Thus, when you say the rosary, say after each mystery: O my Jesus, forgive us our sins, save us from the fires of Hell and lead all souls to Heaven, especially those most in need of Thy Mercy." After this vision, the children lived dramatic lives of sacrifice and penance for sinners so that sinners might be converted and saved from the fires of Hell that God had shown them through His Heavenly prophetess.


    Boy Raised from the Dead by St. John Bosco


    A fifteen-year-old boy in Turin was about to die. He called for Don Bosco, but the saint was not able to make it in time. Another priest heard the boy's confession and the boy died. When Don Bosco returned to Turin, he set out at once to see the boy. When told that the boy was dead, he insisted that it was "just a misunderstanding." After a moment of prayer in the room of the dead child, Don Bosco suddenly cried out: "Charles! Rise!" To the utter amazement of all present, the boy stirred, opened his eyes, and sat up. Seeing Don Bosco, his eyes lit up.

    "Father, I should now be in Hell!" gasped the boy. "Two weeks ago I was with a bad companion who led me into sin and at my last confession, I was afraid to tell everything . . . Oh, I've just come out of a horrible dream! I dreamt I was standing on the edge of a huge furnace surrounded by a horde of devils. They were about to throw me into the flames when a beautiful Lady appeared and stopped them. 'There's still hope for you, Charles,' she told me. 'You have not yet been judged!' At that moment I heard you calling me. Oh, Don Bosco! What a joy to see you again! Will you please hear my confession?"

    After hearing the boy's confession, Don Bosco said to the boy, "Charles, now that the gates of Heaven lie wide open for you, would you rather go there or stay here with us?" The boy looked away for a moment and his eyes grew moist with tears. An expectant hush fell over the room. "Don Bosco", he said at last, "I'd rather go to Heaven." The mourners watched in amazement as Charles leaned back on the pillows, closed his eyes, and settled once more into the stillness of death.

    The Old General and The Count

    In Russia shortly before the horrible military campaign between Napoleon and Russia in 1812, two high-ranking military men, one a Count and the Military Governor of Moscow and the other a General, were scoffing over drinks about the existence of God, life after death and Hell. They made a mocking "pledge of honor": if there were a Hell, the first there would come to inform the other of it. A few weeks later, the General departed for the front. One morning, while the Count was lying in bed, the General suddenly him, pale, with his right hand on his breast, declaring: "What do we do now? There is a Hell and I am there! What do we do now?" He then disappeared. The Count ran to friends, eyes wild, hair on end, and exclaimed what had just happened. Two weeks later, word was received in Moscow that the
    General had died in battle
    on the same day and at the very hour he appeared to the Count. He had kept his word of honor: Hell exists.

    The Young Lord and His Mistress

    In London during the winter of 1847-1848, a wealthy young widow in her late 20's suddenly found herself in an illicit relationship with a young lord. Late one night as she was falling asleep, a glimmer of light started to grow and expand at her door. To her astonishment the door started to slowly open, and there was the young lord. He approached, grabbed her left wrist, and hissed: "There is a Hell." The pain in her wrist was so great she lost consciousness. When she came to, she had a terrible burn into her wrist down to the bone. The carpet also was scorched where his footsteps had come and gone. The next day she learned that the night before, her lord had been found drunk and had died in his servants' arms. She apparently lived the rest of her life with her charred scar as a reminder.

    The Young Harlots

    Rome, 1873. A prostitute dies late one night at the local hospital. At that instant,one of her "co-workers" back at the brothel starts screaming, waking
    up the entire neighborhood and bringing the police. Why? Because her friend at the hospital had suddenly appeared to her in flames, stating: "I am
    damned!" At daybreak, the poor girl left. Word followed of the death the
    night before of her friend at the hospital. Word then spread all over Rome of
    these events. As always, the wise listened, the foolish laughed.


    Revelations of St. Teresa of Avila, Mystic, Confessor, and one of the 33 Doctors of the Church

    "While I was at prayer one day, I found myself in a moment, without knowing how, plunged apparently into Hell. I understood that it was Our Lord's Will that I should see the place which the devils kept in readiness for me, and which I had deserved by my sins. It lasted but for a moment, but it seems to me impossible that I should ever forget it even if I were to live many years.

    "The entrance seemed to be by a long narrow pass, like a furnace, very low, dark, and close. The ground seemed to be saturated with water, mere mud, exceedingly foul, sending forth pestilential odors, and covered with loathsome vermin. At the end was a hollow place in the wall like a closet, and in that I saw myself confined. All this was ever pleasant to behold in comparison with what I felt there. There is no exaggeration in what I am saying.

    "But as to what I then felt, I do not know where to begin if I were to describe it; it is utterly inexplicable. I felt a fire in my soul but such that I am still unable to describe it. My bodily sufferings were unendurable. I have undergone most painful sufferings in this life, and, as the physicians say, the greatest that can be borne, such as the contraction of my sinews when I was paralyzed, without speaking of other ills of different types – yet, even those of which I have spoken, inflicted on me by Satan; yet all these were as nothing in comparison with what I then felt, especially when I saw that there would be no intermission nor any end to them.

    "These sufferings were nothing in comparison with the anguish of my soul, a sense of oppression, of stifling, and of pain so acute, accompanied by so hopeless and cruel an infliction, that I know not how to speak of it. If I say that the soul is continually being torn from the body it would be nothing – for that implies the destruction of life by
    the hands of another – but here it is the soul itself that is tearing itself in pieces. I cannot describe that inward fire or that despair, surpassing all torments and all pain. I did not see who it was that tormented me, but I felt myself on fire, and torn to pieces, as it seemed to me; and I repeat it, this inward fire and despair are the greatest torments of all.


    "Left in that pestilential place, and utterly without the power to hope for comfort, I could neither sit nor lie down; there was no room. I was placed as it were in a hole in the wall;
    and those walls, terrible to look on of themselves, hemmed me in on every side. I could not breathe. There was no light, but all was thick darkness. I do not understand how it is; though there was no light, yet everything that can give pain by being seen was visible.


    "Our Lord at that time would not let me see more of Hell. Afterwards I had another most fearful vision, in which I saw the punishment of certain sins. They were the most horrible to look at, but because I felt none of the pain, my terror was not so great. In the
    former vision Our Lord made me really feel those torments and that anguish of spirit, just as if I had been suffering them in the body there. I know not how it was, but I understood distinctly that it was a great mercy that Our Lord would have me see with my own eyes the very place from which His compassion saved me. I have listened to people speaking of these things and I have at other times dwelt on the various torments of Hell, though not often, because my soul made no progress by the way of fear; and I have read of the diverse tortures, and how the devils tear the flesh with red-hot pincers. But all is as nothing before this. It is a wholly different matter. In short, the one is a reality, the other a description; and all burning here in this life is as nothing compared with the fire that is there.


    "I was so terrified by that vision – and that terror is on me even now as I write – that though it took place nearly six years ago, the natural warmth of my body is chilled by fear even now when I think of it. And so, amid all the pain and suffering which I may have had to bear, I remember no time in which I do not think that all we have to suffer in this world is as nothing. It seems to me that we complain without reason. I repeat it: this vision was one of the grandest mercies of God. It has been to me of the greatest service, because it has destroyed my fear of trouble and of the contradictions of the world, and because it has made me strong enough to bear up against them, and to give thanks to Our Lord who has been my Deliverer, as it now seems to me, from such fearful and everlasting pains.

    "Ever since that time, as I was saying, everything seems endurable in comparison with one instant of suffering such as those I had then to bear in Hell. I am filled with fear when I see that, after frequently reading books which describe in some manner the pains of Hell, I was not afraid of them, nor made any account of them. Where was I? How could I possibly take any pleasure in those things which led me directly to so
    dreadful a place? Blessed forever be Thou, O my God! And oh, how manifest is it that Thou didst love me much more than I did love Thee! How often, O Lord, didst Thou save me from that fearful prison! And how I used to get back to it contrary to Thy Will.


    "It was that vision which filled me with very great distress which I felt at the sight of so many lost souls, especially of the Lutherans – for they were once members of the Church by Baptism – and also gave me the most vehement desires for the salvation of
    souls; for certainly I believe that to save even one from those overwhelming torments, I would willingly endure many deaths. If here on earth we see one whom we specially love in great trouble or pain, our very nature seems to bid us compassionate him; and if those pains be great, we are troubled ourselves. What, then, must it be to see a soul in danger of pain, the most grievous of all pains, forever? It is a thought no heart can bear without great anguish. Here we know that pain at last ends with life, and that there are limits to it, yet the sight of it moves us so greatly to compassion; that other pain has no
    ending, and I know not how we can be calm when we see Satan carry so many souls
    daily away.


    "This also makes me wish that, in a matter which concerns us so much, we did not rest satisfied with doing less than we can do on our part – that we left nothing undone. May Our Lord vouchsafe to give us His Grace for that end."
    ____________________________

    Dear fellow Christians, Father Lombardi, in his public debate with Italian Communist leader Velio Spano in Cagliara on December 4, 1948, stated, "I am horror-struck at the thought that if you continue in this manner, you will be condemned to hell." Spano replied, "I do not believe in hell." Father Lombardi replied, "Precisely, and if you continue, you will be condemned; for to avoid being condemned, one must believe in hell." Hell is a grave reality that is easily forgotten in today's Godless and apathetic society. This is all the more reason why we should fear for our salvation and do all that we can to make sure that we are one of the elect. St. Leonard of Port Maurice said, "To be saved for all eternity, to be damned for all eternity, and to not make your every effort to avoid the one and make sure of the other, is something
    inconceivable."
    Do not let your life pass before it is too late; focus on saving your soul to the exclusion of all other things, lest you find yourself forever in the eternal fires after your judgment. O my Jesus, forgive us our sins, save us from the fires of Hell, lead all souls to Heaven, especially those in most need of Thy Mercy. Amen.


    www.olrl.org/doctrine/

    Copies of this article available from:

    Our Lady of the Rosary Library
    11721 Hidden Creek Road
    Prospect, KY 40059
    ====================================================================
    La Description de l'Enfer
    de Soeur Josefa Menendez

    L'un des plus grands mystiques de ce siècle a été Soeur Josefa Menendez, décédé en 1923 à l'âge de 33 ans. Cette jeune sœur espagnole, qui avait une courte vie religieuse de grandes souffrances, eut des révélations dans une grande partie de sa vie, compilées dans Le Chemin de l'Amour Divin. Plus d'une fois, elle a été conduite à l'enfer pour témoigner et ressentir la souffrance de première main. Sœur Josefa était réticente à écrire sur le sujet de l'enfer, et l'a fait uniquement pour se conformer aux désirs de Notre-Seigneur. Sœur Josefa a insisté à plusieurs reprises sur ce qu'elle a décrit comme le plus grand tourment de l'enfer, à savoir, l'incapacité de l'âme à l'amour. L'un de ces damnés s'écria: «Ceci est mon torture ... que je veux aimer et ne peux pas, il n'y a plus rien pour moi, mais que la haine et le désespoir. Si l'un de nous pourrait autant que faire un seul acte d'amour .. . Mais nous ne pouvons pas, nous vivons sur la haine et la malveillance ... » (Mars 23, 1922).

    Elle enregistre, aussi, les accusations portées contre eux-mêmes par ces âmes malheureuses: «Certains crient par le martyre de leurs mains. Peut-être qu'ils étaient des voleurs, car ils disent: ‘Où est notre butin, maintenant?... Mains maudites ... Pourquoi voulais-je posséder ce qui n'apparenait pas à moi ... et ce, en tout cas
    je ne pourrais garder seulement que pour quelques jours?'

    "Autres maudissent leurs langues, leurs yeux ... quel que soit l'occasion de péché ... ‘Maintenant, mon corps, vous payez le prix des plaisirs que vous vous accordiez! ... Et vous le faisiez de votre propre volonté libre...'" (2 avril 1922).

    "J'ai vu plusieurs âmes tomber dans l'enfer, et parmi eux se trouvait un enfant de quinze ans, maudissant ses parents pour ne pas avoir lui appri à craindre Dieu, ni qu'il y avait un enfer. Sa vie a été courte, dit-elle, mais pleine de péché, car elle avait cede à tout ce que son corps et ses passions demandaient dans le titre de la satisfaction ... " (22 Mars, 1923).

    «Mon âme est tombée dans les profondeurs insondables, dont le fond ne peut pas être vu, car il est immense...; Puis j'ai été poussé dans une de ces cavités en feu et pressée, pour ainsi dire, entre des planches brûlantes, et des ongles pointues et fers rougede feu semblait percer ma chair. Je me
    sentais comme si on cherchait à arracher ma langue, mais ne pouvait pas. Cette torture me réduit à une telle agonie que mes yeux semblait être sortis de leurs orbites. Je pense que c’est à cause de l'incendie qui brûle, brûle... pas un ongle n’echappe des terrifiant tourments, et tout le temps on ne peut pas bouger, même le petit doigt pour obtenir un certain soulagement, on ne peut pas changer
    la posture, car le corps semble aplati et [poutant] doublé en deux. Des sonds de confusion et de blasphème ne cessent pas un instant. Une odeur nauséabonde asphyxie et corrompre tout, c'est comme la combustion de la chair putréfiée, mêlée avec du goudron et de soufre... un mélange auquel rien sur terre ne peut être comparé. .. Bien que ces tortures ont été formidables, ils seraient
    supportables si l'âme était en paix. Mais elle souffre indescriptiblement... Tout ce que j'ai écrit,” a-t-elle conclu, "n’est qu’une ombre de ce que l'âme souffre, car aucun mot ne peut exprimer un tel tourment terrible. " (Septembre 4, 1922).

    «Aujourd'hui, j'ai vu un grand nombre de personnes tomber dans la fosse de feu... Ils semblaient être mondains et un démon s'écria avec véhémence:« Le monde est mûr pour moi... Je sais que le meilleur moyen de se procurer des âmes est d'éveiller leur désir pour le plaisir... Moi d'abord... moi avant le reste... pas d'humilité pour moi! mais permettez-moi de me faire plaisir... Ce genre de chose assure la victoire pour moi... et ils tombent la tete la priere dans l'enfer. " "(4 Octobre 1923)

    «Ce soir, j'ai été transporté à un endroit où tout était obscur... Autour de moi étaient sept ou huit personnes, je ne pouvais les voir que par les reflets du feu. Ils étaient assis et causaient ensemble. L’un d’eux dit: ‘Nous devons être très prudents pour ne pas être découverts, car nous pourrions facilement être découverts. ‘

    "Le diable répondit: ‘Insinuez la négligence en eux... Mais gardez à l'arrière-plan, de sorte que vous n'êtes pas decouverts... Par degrés, ils deviennent insensibles, et vous serez en mesure de les incliner vers le mal. Tentez les autres à l'ambition, à l'intérêt personnel, a acquérir la richesse sans travail, que ce soit légal ou non. Excite certains à la sensualité et l'amour du plaisir. Que le vice les rend aveugles...
    En ce qui concerne le reste... entrez par le cœur... vous le savez les penchants de leur cœur... leur faire aimer... aimer passionnément... accoplissez le travail completement... ne prenez pas de repos... n'avez pas de pitié. Qu'ils se gavent de nourriture! Il sera d'autant plus facile pour nous... Laissez-les
    faire leur banquet. L’amour du plaisir est la porte par laquelle vous pourrez les atteindre... » »(Février 3, 1923).

    Les Enfants de Fatima Sont Montrés l’Enfer


    En 1917, pendant la Première Guerre mondiale et cet «enfer sur terre», la Vierge Marie est apparue
    à trois enfants de Fatima, au Portugal, le 13 du mois de Mai à Octobre. Lors de son apparition du 13 Juillet 1917, elle a montré a ces trois jeunes enfants, âgés de 7 à 10, une vision de l'enfer. Lucie, la
    plus agee des trois enfants, raconte que la Vierge Marie a ouvert ses mains, et "les rayons de lumière semblait pénétrer la terre, et nous avons vu, pour ainsi dire, une mer de feu. Plongés dans ce feu étaient des démons et des âmes sous forme humaine, comme des braises transparentes, noires ou bronzées, flottant dans l'incendie, maintenant elevees en l'air par les flammes qui sortaient d'eux-mêmes avec des nuages de fumée, maintenant retombees de tous côtés comme des étincelles dans les gigantesques incendies, sans poids ni équilibre, au milieu des cris et des gémissements de douleur et de désespoir, ce qui nous horrifie et nous fait trembler de peur. (Il doit etre ce spectacle
    qui me fit crier, comme les gens ont dit qu’ils m'ont entendu.) Les démons se distinguaient par leurs formes horribles et dégoûtantes d'animaux épouvantables et inconnus, noirs et transparents comme
    des charbons ardents. Terrifiés et comme pour demander de l'aide, nous avons regardé vers Notre-Dame, qui nous dit avec tristesse: ‘Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Ainsi, lorsque vous dites le chapelet, dites après chaque mystère: Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l'enfer et conduisez toutes les âmes au Ciel, en particulier ceux qui en ont le plus besoin de votre miséricorde.’” Après cette vision, les enfants ont
    vécu la vie dramatique de sacrifice et de pénitence pour les pécheurs afin que les pécheurs peuvent être convertis et sauvés du feu de l'enfer que Dieu leur avait montré par sa céleste prophétesse.

    Un Garcon Ressuscité des Morts par Saint Jean Bosco

    Un garçon de quinze ans à Turin a été sur le point de mourir. Il a appelé à Don Bosco, mais le saint n'a pas pu venir a temps. Un autre prêtre a entendu la confession du garçon et le garçon mourut. Lorsque Don Bosco retournait à Turin, il partit tout de suite pour voir le garçon. Quand on lui dit que le garçon était mort, il a affirmé que c’était "juste un malentendu." Après un moment de prière dans
    la chambre de l'enfant mort, Don Bosco s'écria tout à coup: «Charles! Lève-toi!" Pour la grande stupéfaction de tous présents, le garçon s’agita, ouvrit les yeux, et se redressa. Voyant Don
    Bosco, ses yeux s’illuminent.

    «Mon Père, je devrais etre maintenant en enfer!" soupira le jeune homme. "Il ya deux semaines, j'étais avec un mauvais compagnon qui m'a conduit dans le péché et à ma dernière confession, j'avais peur de tout dire... Oh, je viens de sortir d'un rêve horrible! J'ai rêvé que j'étais debout sur le bord d'un immense four entouré par une horde de démons. Ils étaient sur le point de me jeter dans les flammes quand une belle Dame est apparue et les arrêta. ‘Il ya encore de l'espoir pour vous, Charles,’ me dit-elle.’ Vous n'avez pas encore été jugé!’ A ce moment, je vous ai entendu m'appeler. Oh, Don Bosco! Quelle joie de vous revoir! Voulez-vous s'il vous plaît me confesser? “

    Après avoir entendu la confession de l'enfant, Don Bosco dit au garçon, «Charles, maintenant que les
    portes du ciel s'ouvrent grand pour vous, préféreriez-vous y aller ou de rester ici avec nous?" Le garçon détourna les yeux un instant et ses yeux se mouillèrent de larmes. Un silence expectant est
    tombé dans la chambre. "Don Bosco", dit-il enfin, «je préfère aller au Ciel." Les porteurs de deuil vit avec stupéfaction que Charles se pencha en arrière sur l'oreiller, ferma les yeux, et s’est reinstallé une fois de plus dans le silence de la mort.

    Le Vieux Général et le Comte

    En Russie, peu de temps avant la campagne militaire horrible entre Napoléon et la Russie en 1812, deux hauts militaires, dont l’un, le comte et gouverneur militaire de Moscou et l'autre, un général, se
    moquaient, en buvant, de l'existence de Dieu, de la vie après la mort et de l'enfer. Ils ont fait en moquant un «engagement d'honneur": s'il y avait un enfer, le premier qui serait la, doit venir informer l'autre de cela. Quelques semaines plus tard, le général partit pour le front. Un matin, tandis que le comte était couché dans son lit, le général parut tout à coup devant lui, pâle, avec sa main droite sur sa poitrine, en déclarant: «Que faisons-nous maintenant? Il ya un enfer et je suis là! Que faisons-nous maintenant? " Il a ensuite disparu. Le comte courut à ses amis, les yeux hagards, les cheveux hérissés, et s'écria ce qui s'était passé. Deux semaines plus tard, le mot a été reçu à Moscou que le général était mort dans la bataille - le même jour et à l'heure même où il apparut au comte. Il avait gardé sa parole d'honneur: l'enfer existe.

    Le Jeune Seigneur et sa Maîtresse


    A Londres, pendant l'hiver de 1847-1848, une riche jeune veuve, approachant de se trente ans, s'est soudainement trouvée dans une relation illicite avec un jeune seigneur. Une nuit, comme elle allait s'endormir, une petite lueur a commencé à grandir et se développer à sa porte. A son grand étonnement la porte a commencé à ouvrir lentement, et il y avait le jeune seigneur la. Il s'approcha, saisit son poignet gauche, et siffla: «Il ya un enfer." La douleur à son poignet était si grande qu'elle perdait conscience. Quand elle etait revenue a soi-meme, elle avait une brûlure terrible dans son poignet jusqu'à l'os. Le tapis a également été brûlée où ses pas ont apparu et disparu. Le lendemain, elle a appris que la veille, son seigneur avait été trouvé ivre et qu'il était mort dans les bras de ses
    serviteurs. Elle a apparemment vécu le reste de sa vie avec sa cicatrice carbonisée comme un rappel.

    Les Jeunes Prostituees

    Rome, 1873. Une prostituée meurt tard dans la nuit à l'hôpital local. A cet instant meme, une de ses "collègues" a la maison de prostitution commence à crier, réveillant tout le quartier, et faire intervenir la police. Pourquoi? Parce que son ami à l'hôpital avait tout à coup lui apparut en flammes, déclarant: «Je suis damné!” Au point du jour, la pauvre fille quitta la prostitution. On a appris ensuite la nouvelle de la mort la veille de son ami à l'hôpital. La nouvelle s'est ensuite propagée à toute la ville de ces événements. Comme toujours, la sage écoute, la folle se mit à rire.

    Révélations de Sainte Thérèse d'Avila, Mystic, Confesseur, et l'un des 33 Docteurs de l'Eglise

    /center]
    «Pendant que j'étais en prière, un jour, je me suis trouvée dans un instant, sans savoir comment,
    plongée en apparence dans l'enfer. J'ai compris que c'était la volonté de notre Seigneur que je devrais voir l'endroit où les démons maintenaient en état de préparation pour moi, et que j'avais méritée par mes péchés. Il a duré, que pour un moment, mais il me semble impossible de l'oublier jamais, même si je devais vivre de nombreuses années.

    "L'entrée semblait être par un col long et étroit, comme un four, très bas, sombre et étroit. Le sol semblait être saturé d'eau, la boue ordinaire, très fetide, rependant des odeurs pestilentielles, et
    couverte de vermine répugnante. À la fin était un endroit creux dans le mur comme un placard, ou je m'ai vue enfermee. Tout cela etait agréable à voir en comparaison avec ce que j'ai ressenti là. Il n'y a aucune exagération dans ce que je dis.

    "Mais quant à ce que j'éprouvais alors, je ne sais pas par où commencer si je devais le décrire, il est absolument inexplicable. Je senti s un feu dans mon âme, mais telle que je suis encore incapable de le
    décrire. Mes souffrances corporelles ont été insupportables. J'ai subi les souffrances les plus pénibles dans cette vie, et, comme disent les médecins, les plus grands qui peuvent être supportés, tels que la contraction de mes nerfs, quand j'étais paralysée, sans parler d'autres maux, de différents types
    - et pourtant, même ceux dont j'ai parlé, qui m'a ete infligé par Satan, et pourtant tout cela n'était rien en comparaison de ce que j'éprouvais alors, surtout quand j'ai vu qu'il y aurait ni intermission ni fin.

    «Ces souffrances ne sont rien en comparaison avec l'angoisse de mon âme, un sentiment d'oppression, d'étouffement et de douleur si aiguë, accompagnée d’une infliction si désesperee
    et cruelle, que je ne sais pas comment en parler. Si je dis que l'âme est constamment arrachee du corps, il ne serait rien - pour ce qui implique la destruction de la vie par les mains d'un autre - mais ici, c'est l'âme elle-même qui est elle-même déchiree en morceaux. Je ne peux pas décrire ce feu intérieur
    ou ce désespoir, surpassant tous les tourments et toutes les douleurs. Je ne vis pas qui était celui qui me tourmentait, mais je me sentis en feu, et mise en pièces, comme il me semblait; et je le répète, ce feu intérieur et le désespoir sont les plus grand de tous les tourments.

    "Laissee dans ce lieu pestilentiel, et complètement sans le pouvoir de l'espoir pour plus de confort, je ne pouvait ni m'asseoir ni me coucher, il n'y avait pas de place. J'étais placée comme s’il a été dans un
    trou dans le mur, et ces murs, terribles à voir eux-mêmes, me cernaient de tous côtés. Je ne pouvais pas respirer. Il n'y avait pas de lumière, tout était une ténèbre epaisse. Je ne comprends pas comment c’est-il, il n'y avait pas de lumière, mais tout ce qui peut faire de la peine par etre vu était visible.

    «Notre Seigneur, à ce moment-là ne me permet pas de voir plus de l'enfer. Plus tard, j'ai eu une
    autre vision plus terrible, dans laquelle j'ai vu le chatiment de certains péchés. Ils ont été les plus horribles à regarder, mais parce que je sentais rien de la douleur , ma terreur ne fut pas si grande. Dans la première vision Notre-Seigneur m'a fait vraiment sentir les tourments et cette angoisse de l'esprit, comme si je les avais souffert dans mon corps là. Je ne sais pas comment il a été, mais j'ai cru
    comprendre distinctement qu'il s'agissait d'une grande miséricorde, que Notre-Seigneur aurait me faire voir de mes propres yeux l'endroit même d'où sa compassion m'a sauvée. J'ai écouté les gens parler de ces choses et à d'autres moments j’ai arête ma pensee sur les tourments divers de l'enfer, mais pas souvent, parce que mon âme n'a fait aucun progrès par la voie de la peur, et j'ai lu au sujet des tortures diverses, et comment les diables déchirent la chair avec des tenailles rouges brulantes.
    Mais tout cela n'est rien avant ceci. Ceci est entierement une autre chose. En bref, l'une est une réalité, l'autre une description, et tous les feux dans cette vie n'est rien en comparaison avec le feu qui est là.

    [center]
    «J'étais tellement terrifié par cette vision - et la terreur est sur moi, même maintenant que j'écris - que meme si elle a eu lieu il ya six ans, la chaleur naturelle de mon corps est refroidi e par la peur,
    même maintenant, quand j'y pense. Et alors, au milieu de toute la douleur et la souffrance que j'ai pu avoir à supporter, je ne me souviens pas un temps dans lequel je ne pense que tout ce que nous avons à souffrir dans ce monde n'est rien. Il me semble que nous nous plaignons sans raison. Je le répète: cette vision a été une des plus grandes grâces de Dieu. Elle a été pour moi du plus grand service, car elle a détruit ma crainte des difficultes et des contradictions du monde, et parce qu'ellem'a rendue
    assez forte pour les supporter, et pour donner Merci à Notre Seigneur qui a été mon libérateur, comme il me semble maintenant, de telles douleurs terribles et éternelles.

    «Depuis ce moment-là, comme je le disais, tout semble supportable en comparaison avec un instant de souffrance, comme celles que j'avais alors à souffrir en enfer. Je suis remplie de peur quand je vois que, après la lecture frequente des livres qui décrivent dans certaine manière les peines de l'enfer, je n'avais pas peur, ni fait aucun compte d'elles. Où étais-je? Comment pourrais-je prendre quelque plaisir dans les choses qui me conduisent directement à un endroit si terrible? Béni éternellement
    sois-tu, O mon Dieu! Et oh, comment il est manifeste que tu m'as aimee beaucoup plus que je ne t’ai aime! Combien de fois, ô Seigneur, Tu me sauves de cette prison terrible! Et comment j'y ai retourne au contraire à ton volunte

    "C'est cette vision qui m'a remplie de très grande détresse que je sentais à la vue de tant d'âmes
    perdues, en particulier des luthériens - car ils étaient autrefois membres de l'Église par le baptême - et m'a aussi donné les désirs les plus véhéments du salut des âmes; car certainement je crois que pour sauver meme une ame de ces tourments écrasants, je subirais voluntiers beaucoup de morts. Si sur terre, nous voyons quelqu’un que nous aimons spécialement dans beaucoup de peine ou de douleur, notre nature même semble nous souhaiter la compassion pour lui, et si ces douleurs sont grandes, nous sommes nous-mêmes en difficulté. Qu'est-ce donc, faut-il voir une âme en péril de la douleur, la plus grave de toutes les douleurs, pour toujours? C'est une pensée aucun cœur ne peut supporter sans grande angoisse. Ici bas, nous savons que la douleur finit avec la fin de la vie, et qu'il ya des limites, cependant la vue de celle-ci nous émeut si fort à la compassion; cette autre douleur n'a pas de fin, et je ne sais comment nous pouvons être calme lorsque nous voyons Satan emporter tant d'âmes quotidiennement.

    «Cela me fait aussi souhaiter que, dans une affaire qui nous préoccupe tant, nous n'avons pas nous contenter de faire moins que nous pouvons faire de notre part - que nous ne négligeons rien. Que Notre-Seigneur daigne nous donner sa grâce pour ce but. "
    _________________________________________________________________________________________________

    Chers frères chrétiens, le Père Lombardi, dans son débat public avec le dirigeant communiste Italien Velio Spano a Cagliara en 4 Décembre 1948, a déclaré: «Je suis frappé d'horreur à la pensée que si vous continuez de cette manière, vous serez
    condamné à l'enfer
    ». Spano a répondu: «Je ne crois pas en enfer." Père Lombardi a répondu: «Justement, et si vous continuez, vous serez condamné; pour éviter d'être condamné, il faut croire à l'enfer." L'enfer est une réalité grave qui est facilement oubliée dans la société sans Dieu et apathique d'aujourd'hui. Cela est d'autant plus de raisons pour lesquelles nous devrions craindre pour notre salut et de faire tout ce que nous pouvons pour que nous soyons l'un des élus. Saint Léonard de Port Maurice a dit: "Pour être sauvé pour l'éternité, pour être damné pour l'éternité, et pour ne pas faire
    tous vos efforts pour éviter l'un et assurez-vous de l'autre, est quelque chose d'inconcevable." Ne laisses pas passer ta vie avant qu'il ne soit trop tard, te concentrer sur le salut de ton âme à l'exclusion de toutes autres choses, de peur que tu te trouves dans le feu éternel, après ton jugement. O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés,
    préservez-nous du feu de l'enfer, et conduisez toutes les âmes au Ciel, en particulier ceux ayant le plus besoin de ta miséricorde. Amen.


    www.olrl.org/doctrine/

    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5049
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Maiv Tooj on 17th May 2010, 5:30 am

    Nyob zoo Mim thiab Maypajlug,

    Mim,

    Zoo kawg uas koj nrhiav tau tej tim khawv hais txog Dab Phem teb, hais txog lub txiaj ntsim kev ua zoo thiab ua txhaum. Zoo heev, yog thaum twg koj muaj caij no thov koj pab txhais ua lus Hmoob. Kom tus xav paub los ho paub txog tias yug txoj kev txom nyem vim raug luag thuam thiab nias qes, txoj kev zam rau luag thiab txoj kev zoo yuav muaj nqes rau yus lub neej tom ntej.
    Coob leej lawv lub neej twb zoo heev los lawv tsis txaus siab, lawv tsis sib zam, sib hlub, lawv xav txog tus kheej ntau, xav kom yus tau ntau thiab zoo siab tshaj xwb. Txawm yuav ua rau luag tej txom nyem quaj ntsuag los yus thwj yus tau ntau. Ntshe yog lawv tsis paub txog lub txiaj ntsim kev zoo thiab zam...



    Nej rau siab teev Ntuj,

    kuv hais rau nej lub ntiaj teb tsis kawg

    tiam sis kuv yuav nrog nej nyob tsis muaj lub caij tas.

    Rau rau siab teev ntuj nej thiaj tsis poob rau lub qhov tsua dub.

    Tus vam txog kuv, kuv yuav nplij nws.

    Tus tsis nco txog kuv nws yuav maub kev tsaus ntuj.

    Kuv hu txog nej tiam sis nej tsis pom kuv.

    Lub sij hawm tsis tos.

    Rau rau siab teev ntuj thaum kawg nej thiaj li tau qhov zoo mus li.

    Kuv rov qab hais lo lus nov rau nej muab khaws cia.


    Leej tswv Yim Ntshiab yog tus nyob siab.


    Kuv nug tias:

    Koj pom Ntuj Txiag Teb Tsaus zoo li cas?

    Nws teb kuv tias:

    Kuv pom ib lub qhov dub dub, tsaus ntuj nti, tsis pom dab tsi li.
    Lub qhov tsua dub dub, hnov suab quaj, suab ntsaj coob coob, tab sis tsis pom lawv li.
    Thaum ntej mas quaj hu li suab neeg tab sis mus deb zus mas tsis hnov lub log lawm,
    ua zoo li ib co tsiaj lawm xwb. Txaus ntshai heev, hnov lawv hu txog nqhis dej,
    thov dej haus thiab hais tias " qhuav qa". Lawv tsis hais noj mov li.





    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5049
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Maiv Tooj on 17th May 2010, 5:33 am



    THOV NEJ UA TIB ZOO NYEEM COV LUS NOV THIAB COJ MUS XAV

    YOG IB COV LUS TUAJ SAUM TXHEEJ SIAB TUAJ.

    Kuv xav tias tsis yog hais cov kab mob tiag.

    Yog ua Paj Lug hais xwb.




    " Tsis ntev ntawm nov cov ntseeg cov tsis ntseeg yuav raug kab mob coob heev.

    Vim cov neeg ntawd lub siab me tso Tswv Ntuj tseg.

    Tam sim no kab mob pib nce tuaj lawm ceev faj ntawm nej tus kheej.

    Mloog lub suab uas yuav coj nej mus rau txoj kev ncaj.

    Txhob tos cov kab mob nce nej.

    Rub nej mus rau txoj kev tuag tsaus ntuj nti."

    Sau npe: Leej Ntshiab







    Npuagtub
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1164
    Date d'inscription : 2009-08-16
    Age : 51
    Localisation : Fresno, California, USA.

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Npuagtub on 17th May 2010, 7:45 am

    Nyob zoo M, Mp, Mt,

    Kuv xav cuam tshuam nej cov zaj me ntsis, saib nej xav li cas? Yog zaj twg nej copy lwm haiv neeg li los no mas xav kom nej muab txhais ua lus hmoob nrog thiab, los yog nej sau ua lus hmoob xwb, yog nej tso ua lus Meskas thiab lus Fab Kis xwb mas yeej zoo kawg tiam sis ntshai peb feem coob yuav tsis to taub tas li zaj lus nej tau tso. tsis tas li ntawd yog tus tswv pom no ntshai tsam nws ho yuav tsis kam rau peb coj tuaj tso rau hauv hmongcatholique thiab los kuj muaj. thov hais li no rau nej xwb, ua tsaug.



    Photobucket

    Maiv Paj Lug
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1634
    Date d'inscription : 2009-08-17

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Maiv Paj Lug on 17th May 2010, 8:29 am

    Npuag Tub wrote:Nyob zoo M, Mp, Mt,

    Kuv xav cuam tshuam nej cov zaj me ntsis, saib nej xav li cas? Yog zaj twg nej copy lwm haiv neeg li los no mas xav kom nej muab txhais ua lus hmoob nrog thiab, los yog nej sau ua lus hmoob xwb, yog nej tso ua lus Meskas thiab lus Fab Kis xwb mas yeej zoo kawg tiam sis ntshai peb feem coob yuav tsis to taub tas li zaj lus nej tau tso. tsis tas li ntawd yog tus tswv pom no ntshai tsam nws ho yuav tsis kam rau peb coj tuaj tso rau hauv hmongcatholique thiab los kuj muaj. thov hais li no rau nej xwb, ua tsaug.

    XH NpuagTub, kuv xav hais tias tso ua lus Meskas thiab lus Fabkis ua ntej los yeej zoo zoo kawg vim muaj cov hluas lawv tsis paub nyeem ntawv Hmoob kuj tuaj saib hau no li kuv dab laug Xob lawv thiab es peb ua siab ntev thaum twg khoom mam li maj mam txhais ua lus Hmoob los yeej tau, tej no ntau ntau tsheej phab tsheej pheev li, yog yuav tos khoom khoom mam txhais kom tas mam tuaj tso xwb ces ntshe peb yuav tsis muaj ib tug khoom ua txoj hauj lwm no , yog li tso ua lus Meskas thiab lus Fabkis ua ntej los yeej zoo .

    Hais txog qhov kaij lwm tus li los tso los tej no cav tsis yog yuav privacy yeej yog public txhua qhov ces kaij yeej tsis muaj teeb meem, tsuav txhob yog privacy li tus yawm Meskas cov duab Hmoob Roob Nyuj Qus.




    <3 <3 Pab kuv rov los cuag koj Huab Tais Yesxus <3 <3

    Mim
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1650
    Date d'inscription : 2009-10-16

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Mim on 17th May 2010, 12:02 pm

    XH Npuag Tub thiab Maiv Paj Lug,

    Hais txog qhov ntawm hais tias yus muab lwm qhov los mas kuv yeej xav txog qhov no ntau zaus, thiab zoo li peb twb hais ib zaug txog los lawm. Kuv yeej ntshai qhov tsam luag tsis zoo siab, kuv thiaj muab luag npe tso rau kom lees paub txog tias yog muab luag li los tso xwb. Txawm muab txhais ua lus Hmoob los yeej yuav tau lees tias yog txhais ntawm lawv qhov los xwb. Kuj tsis pom lawv sau rau qhov twg tias yuav tsum thov tso cai tso mam siv tau, ces kuv kuj tsis tau thov tso cai li thiab. Muaj tej lub sites mas lawv yeej hais kiag rau ntawd tias yuav tsum thov tso cai tso mam siv no. Neb sim pab kuv xav saib mas yuav ua zaj twg zoo dua? Qhov uas XH Npuag Tub hais mas yeej yog ib qho uas kuv yeej ntshai rwg thiab, vim tej duab los peb yeej muab qhov txhia chaw los tso rau hauv no...

    Maiv Paj Lug
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1634
    Date d'inscription : 2009-08-17

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Maiv Paj Lug on 17th May 2010, 4:45 pm

    Mim wrote:XH Npuag Tub thiab Maiv Paj Lug,

    Hais txog qhov ntawm hais tias yus muab lwm qhov los mas kuv yeej xav txog qhov no ntau zaus, thiab zoo li peb twb hais ib zaug txog los lawm. Kuv yeej ntshai qhov tsam luag tsis zoo siab, kuv thiaj muab luag npe tso rau kom lees paub txog tias yog muab luag li los tso xwb. Txawm muab txhais ua lus Hmoob los yeej yuav tau lees tias yog txhais ntawm lawv qhov los xwb. Kuj tsis pom lawv sau rau qhov twg tias yuav tsum thov tso cai tso mam siv tau, ces kuv kuj tsis tau thov tso cai li thiab. Muaj tej lub sites mas lawv yeej hais kiag rau ntawd tias yuav tsum thov tso cai tso mam siv no. Neb sim pab kuv xav saib mas yuav ua zaj twg zoo dua? Qhov uas XH Npuag Tub hais mas yeej yog ib qho uas kuv yeej ntshai rwg thiab, vim tej duab los peb yeej muab qhov txhia chaw los tso rau hauv no...

    Niamlaus Mim, txhua yam kuv muab duab thiab ntawv los txhais ua lus Hmoob mas lawv yeej tso cai rau sawv daws hauv qab li no :


    Pour contacter l'auteur du site


    Tous
    les éléments de ce site peuvent être reproduits
    librement et sans autorisation


    To contact the site editor
    All parts of this site may be reproduced freely and without permission

    http://www.apparitionsmariales.org/

    Yog muaj kev tso cai lawm yus tso yeej yuav tsis txhaum. Tiam sis txhais ua lus Hmoob yog yus khoom no yeej zoo kawg, seb Maiv Tooj neb ho xav li cas




    <3 <3 Pab kuv rov los cuag koj Huab Tais Yesxus <3 <3

    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5049
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Maiv Tooj on 17th May 2010, 5:23 pm



    Ntawm kuv tus kheej, kuj tseem paub luag txoj cai tsis thoob tsis meej, yuav hais tsis tau ib los tseem ceeb los yuav. Tab sis kuv xav tias yog luag tsis sau meej rau ntawm qhov Article ntawm tias: " Txwv tsis pub copy mus tso rau lwm qhov" no mas yuav tsis muaj teeb meem. Twb yog lawv xav tshaj rau neeg kom paub coob, lawv thiaj muab tso rau Public xwb. Yog peb tso lawv lub Site thiab lawv npe tib si mas peb tsis yog " Tub sab los Ntxhais sab" li. Peb yeej hwm thiab txuag lawv li lawv tus kheej.

    Ntawm yuav txhais ua lus Hmoob, yog ib qho zoo heev uas peb yuav tsum muab lub caij nyoog coj los txhais ib hnub me ntsis. Vim Peb Hmoob li teeg tug tsawg heev, peb kev paub nqaim kawg nkaus. Yog ib lub fwv tsam zoo uas peb txhua leej yuav sib koom tes ua kom Peb Hmoob nrog luag muaj teeg tug, nrog luag paub yam tshiab, yam niaj hnub lub neej tam sim nov, es tsis yog dab neeg xwb. Li nov peb txoj kev ntseeg thiaj yuav ruaj khov.




    Sponsored content

    Re: Nej puas ntseeg tias muaj dab phem teb tiag?

    Post  Sponsored content Today at 3:14 pm


      Current date/time is 10th December 2016, 3:14 pm