Copyright@2010 Hmong Roman Catholic / Pictures-all rights reserved, reproduction and copy prohibited _HMONG: USA,FRANCE,GUYANE,THAILANDE,VIETNAM,LAOS,CHINE...

XH.XYOOJ THOJ PAUL YUAV UA THAWJ TUG LEEJ NTSHIAB HMOOB

Gallery


Latest topics

» COV ZAJ NYEEM NRUAB LIS PIAM XYOO I 2016-2017
by Mim Today at 2:57 pm

» COV ZAJ NYEEM HNUB CHIV XYOO A 2016-2017
by NrhiavTswvNtuj Yesterday at 9:26 pm

» XH. Yaj Zoov Ntxheb lub Tsev THOOB TSIB
by Maiv Tooj Yesterday at 9:15 pm

» XH.Zoov Ntxheb Yaj Nthuav Ntawv Ntshiab.
by Maiv Tooj Yesterday at 9:10 pm

» MOO QAIJ QAUG
by Maiv Tooj 18th March 2017, 12:17 pm

» Thov Leej Ntshiab YOS XES
by Maiv Tooj 9th March 2017, 12:30 am

» Tshuaj NTSUAB
by Lajpovyaj 3rd March 2017, 4:48 am

» Hnub Txais Tshauv thiab Caij 40
by Mim 28th February 2017, 10:38 am

» TP.Txhiaj Foom lub TSEV Ntawv
by Maiv Tooj 21st February 2017, 8:04 am

» Xib Hwb Thoj Xyooj lub neej
by Maiv Tooj 13th February 2017, 11:15 am

» COV ZAJ NYEEM RAU TEJ HNUB TSHWJ XEEB
by Mim 24th January 2017, 5:06 pm

» Hmoob Guyane
by Yaj Suav Nus 21st January 2017, 6:59 am

Suav neeg tuaj saib, txij hnub 17/09/2010 los mus.


    Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Share
    avatar
    Mim
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1770
    Date d'inscription : 2009-10-16

    Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Post  Mim on 30th March 2011, 4:59 am

    Kuv tuaj tso ib zaj video piav txog Niam Mab Liab tshwm sim tuaj nyob Akita, Japan, pib lub 6 hli xyoo 1973.

    avatar
    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5200
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Post  Maiv Tooj on 30th March 2011, 8:26 am


    Nyob zoo Mim,

    Ua tsaug nws nqa daim video nov tuaj tso rau peb mloog, tab sis tu siab me ntsis uas kuv tsis paub lus Mes Kas ces kuv mloog tsis tau. Li ntawd, kuv muab qhov ntawv Fab Kis nov los tso rau cov uas zoo li kuv...hahaha...!

    Mim, yog nws muaj caij no pab muab txhais ua lus Hmoob me ntsis kom peb thiaj muaj tug yuad.


    LES APPARITIONS D'AKITA AU JAPON


    1er Message : Vendredi 6 Juillet 1973


    C'était déjà la nuit profonde quand, vers trois heures du matin...J’étais en train de prier. C'est alors que j'ai entendu une voix qui venait je ne sais d'où et qui me disait: "Ne crains pas. Ne prie pas seulement à cause de tes péchés, mais en réparation de ceux de tous les hommes. Le monde actuel blesse le Très Saint Cœur de Notre-Seigneur par ses ingratitudes et ses injures. La blessures de Marie est beaucoup plus profonde et douloureuse que la tienne.

    Allons prier ensemble à la chapelle."La personne qui s'exprimait ainsi était la jolie personne qui avait dit la prière avec moi dans la chapelle."
    Sans doute m'étais-je un peu habituée à elle. Toujours est-il que je me suis enhardie pour la première fois à regarder le visage de celle qui se tenait si près de mon épaule droite. En la voyant, la ressemblance était tellement frappante que j'ai prononcé instinctivement le nom de ma sœur aimée. Celle-ci était décédée quelques années auparavant après avoir reçu la grâce du baptême."

    Alors, elle m'a souri avec douceur et m'a fait un léger "non" de la tête: " Je suis celui qui est avec toi et qui veille sur toi. " En même temps, elle m'a fait signe de sortir et a disparu à mes yeux. Je me suis vite rhabillée et quand je suis sortie dans le corridor, elle se trouvait à quelques pas devant moi. Je l'ai suivie à travers le long couloir, à pas rapides, habitée d'un sentiment de sécurité tout à fait comparable à celui du petit enfant qu'on tient par la main. Dès que j'ai mis le pied dans la chapelle, celle qui était si près de moi comme une présence rassurante disparut à mes yeux. "Me trouvant seule, j'ai fait un salut en direction de l'autel, puis je me suis dirigée vers la statue de la Sainte Vierge."

    Les paroles de la "femme" résonnaient encore dans mon esprit: "La blessure de Marie est beaucoup plus profonde et douloureuse... "
    A l'époque, la statue était installée à droite au fond de l'autel, lequel était surélevé. Lorsque j'ai mis le pied sur la marche de l'autel, j'ai senti soudain que la statue de bois prenait vie et qu'elle était sur le point de m'adresser la parole. J'ai regardé: elle était baignée d'une lumière éblouissante. Instinctivement, je me suis prosternée à terre et au même moment une voix d'une beauté indescriptible a frappé mes oreilles totalement sourdes:

    "- Ma fille, ma novice, tu m'as bien obéi en abandonnant tout pour me suivre. L'infirmité de tes oreilles est-elle pénible ? Elles guériront, sois-en sûre. Sois patiente. C'est la dernière épreuve. La blessure de la main te fait-elle mal ? Prie en réparation des péchés de l'humanité. Chaque personne de cette communauté est ma fille irremplaçable.
    Dis-tu bien la Prière des Servantes de l’Eucharistie ?Allons, prions ensemble."

    Alors qu'Elle commençait la prière, l'ange qui m'avait conduit à la chapelle réapparut à côté de moi et se joignit à nos voix.
    Toujours prosternée et l'esprit vide de toute autre pensée, je venais d'entamer la phrase "Jésus présent dans l'Eucharistie" quand la voix m'interrompit: "réellement présent", et comme pour mieux l'imprégner dans mon esprit troublé, la voix compléta: "Dorénavant, tu ajouteras réellement", dit-elle en insistant sur le mot réellement."

    Ai-je même trouvé le temps de répondre oui? Tout ce que je sais, c'est que je ne pensais plus à rien d'autre en m'unissant à la voix dont la beauté inexprimable semblait venir du Ciel. J'étais aidée par la douce voix qui parlait à mes côtés:

    " Ô Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à Votre Cœur adorable immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, dans la louange du Père, implorant la venue de votre Règne, et je vous fait l'oblation totale de mon corps et de mon âme. Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes. Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois jamais séparée de votre Divin Fils et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen. "

    Quand la prière fut terminée, la voix reprit:

    " Prie beaucoup pour le Pape, les Évêques et les prêtres. Depuis ton baptême, tu as toujours prié fidèlement pour eux. Continue de prier beaucoup, beaucoup. Transmets à ton Supérieur ce qui s'est passé aujourd'hui et obéis-lui dans tout ce qu'il te dira. Présentement, il demande qu'on prie avec ferveur".

    La voix se tut et après un court instant, l'ange entama une prière qui nous est familière. Je repris aussitôt avec lui: "Seigneur Jésus-Christ, Fils du Père... " Quand cette prière fut terminée, j'ai relevé timidement la tête: la splendeur lumineuse avait complètement disparu. Un ange n'était plus visible et la statue avait retrouvé son aspect habituel. "



    2ème Message : 3 août 1973, premier vendredi du mois


    Une semaine a passé. Sœur Agnès commence la journée par un temps de prière plus long que d'habitude à la chapelle. La matinée s'écoule sans événement particulier. L'après-midi, pendant la visite au Saint Sacrement, elle raconte ce qui arriva:

    " Je suis restée à méditer la Passion de Notre-Seigneur à partir de deux heures et demie de l'après-midi et j'ai récité un chapelet. S'était-il écoulé plus d'une heure depuis mon arrivée à la chapelle? Ce jour-là, l'ange gardien est apparu, ce qui n'était pas arrivé depuis longtemps, et il a récité le chapelet avec moi. Pendant ce temps, j'avais à l'esprit les questions de Monseigneur et je priais secrètement que l'occasion me soit donnée de les formuler.

    L'ange avait-il deviné mon désir? L’occasion me fut donnée rapidement:
    " Tu as quelque chose à demander? Vas-y, tu n'as pas à te gêner, dit-il avec un sourire en penchant un peu la tête. Alors, prenant mon courage à deux mains, très impressionnée, j'entamai le premier mot, quand soudain, de la statue de Marie, j'entendis comme la première fois la voix d'une indicible beauté:

    " Ma fille, ma novice, aimes-tu le Seigneur? Si tu aimes le Seigneur, écoute ce que j'ai à te dire.C'est très important. Tu le transmettras à ton Supérieur."

    " Beaucoup d'hommes en ce monde affligent le Seigneur. Je souhaite des âmes pour Le consoler. Pour adoucir la colère du Père Céleste, je souhaite, avec mon Fils, des âmes qui réparent, par leur souffrance et leur pauvreté, pour les pécheurs et les ingrats."

    " Pour faire connaître au monde sa colère, le Père Céleste s'apprête à infliger un grand châtiment à l'humanité entière. Avec mon Fils, je suis intervenue tant de fois pour apaiser le courroux du Père. J'ai empêché la venue de calamités en lui offrant les souffrances du Fils sur la Croix, son précieux Sang, les âmes bien-aimées qui le consolent et forment la cohorte des âmes victimes. Prière, pénitence et sacrifices courageux peuvent adoucir la colère du Père. Je le désire aussi de ta communauté. Qu'elle aime la pauvreté, se sanctifie et prie en réparation des ingratitudes et des outrages de tant d'hommes.

    Récitez la Prière des Servantes de l'Eucharistie en prenant bien conscience de son contenu; mettez-la en pratique; offrez en réparation des péchés. Que chacune s'efforce, selon ses capacités et sa position, de s'offrir entièrement au Seigneur."

    Même dans un Ordre séculier, la prière est nécessaire. Déjà, les âmes qui veulent prier sont en train d'être rassemblées. Sans trop vous attacher à la forme, soyez fidèles et ferventes à la prière pour consoler le Maître. "

    Après un silence:

    " Ce que tu penses dans ton cœur, est-ce vrai? Es-tu vraiment décidée à devenir la pierre rejetée? Ma novice, toi qui veux être sans partage au Seigneur, pour devenir l'épouse digne de l'Époux, prononce tes vœux en sachant que tu dois être fixée sur la croix avec trois clous. Ces trois clous sont la pauvreté, la chasteté et l'obéissance. Des trois, l'obéissance est le fondement. Dans un total abandon, laisse-toi conduire par ton Supérieur. Il saura te comprendre et te diriger. "

    C'était une voix d'une beauté indéfinissable, comme il ne peut y en avoir qu'au Ciel. J'étais beaucoup trop impressionnée.

    Cependant, au cours de l'office du soir se produisit un phénomène inhabituel qui porta la métamorphose de la main à la connaissance de toutes. L'office allait bientôt se terminer quand la statue devint à nouveau resplendissante de lumière. L’une des Sœurs, qui se trouvait au premier rang, aperçut un liquide ruisselant comme de la sueur et sortit en informer les absentes.

    Sœur Agnès qui avait la tête baissée et ne se doutait de rien, sentit soudain quelqu'un à côté d'elle. Elle leva les yeux et vit l'ange qui lui parla:

    "Marie est encore plus triste que lorsqu'elle versait du sang. Essuie la sueur. "

    Elle se joignit aux autres qui avaient apporté un sac de coton hydrophile. A cinq, elles épongèrent la sueur avec beaucoup de précaution et de dévotion. Tout le corps en était trempé. Elles avaient beau essuyer, essuyer... Un liquide semblable à de la sueur graisseuse suintait sans arrêt, surtout sur le front et sur le cou. A la stupéfaction générale se mêlait un chagrin partagé par toutes. Sœur K. pria avec des larmes dans la voix: "Sainte Marie, pardonnez-nous de vous causer tant de tristesse et de douleur. Nous vous demandons pardon pour nos péchés et nos fautes. Protégez-nous, aidez-nous! ", et chacune de s'appliquer à essuyer avec les autres l'endroit qui se présente devant ses yeux dans une commune intention de réparation et de vénération. Les cotons sont trempés à tordre.

    Après le dîner, on retourne voir la statue: elle est à nouveau en sueur. Affolées, les Sœurs recommencent à essuyer. On entend même Sœur 0., qui n'est pas d'un naturel bavard, murmurer d'une voix triste: " Mon coton ne s'imbibe pas. On dirait que cela ne coule pas quand j'essuie. " Aussitôt, comme en réponse à ses paroles angoissées, le coton qu'elle tient se met à boire comme une éponge trempée dans l'eau, ce qui l'impressionne beaucoup.

    Au bout d'un moment, l'une des Sœurs fait remarquer que les cotons sentent bon. Chacune se met à sentir le sien: il s'en dégage une essence subtile dont on ne peut dire si elle tient de la rose, de la violette ou du lys. C'est le ravissement général, on n'a jamais senti une essence aussi merveilleuse. Quand Sœur 0. déclare que le plus subtil des parfums ne peut exhaler une telle suavité, et c'est bien l'avis de tout le monde, on se demande si ce ne serait pas le parfum du Paradis.

    Le dimanche suivant, quand elles entrent dans la chapelle, elles sont frappées par le même parfum. La Supérieure va s'assurer qu'il vient bien de la statue tandis que les autres, restées à leur place, se sentent comme enveloppées dans les délicieuses effluves. L'abattement de la veille au soir causé par la découverte de la sueur, fait place à la paix et à la joie qui rayonnent sur tous les visages.

    Le parfum resta longtemps dans la chapelle. A chaque fois qu'on y allait, on avait l'impression d'être comme transporté au Ciel.



    LE TROISIÈME MESSAGE DE LA VIERGE



    Peu après, ses compagnes lui confient la garde de la maison pendant qu'elles sortent en ville. Elle en profite pour se rendre à la chapelle où elle décide de dire le chapelet.Elle raconte:
    "Sortant mon chapelet, je me suis agenouillée et j'ai fait le signe de croix. A peine ce geste était-il achevé que la Voix d'une indicible beauté parvint de la statue à mes oreilles sourdes. Dès le premier mot, je me suis prosternée à terre en concentrant toute mon attention:
    " Ma fille chérie, écoute bien ce que je vais te dire. Tu en informeras ton Supérieur. "Après un court silence:

    " Comme je te l'ai déjà dit, si les hommes ne se repentent et ne s'améliorent pas, le Père infligera un châtiment terrible à l'humanité entière. Ce sera alors un châtiment plus grave que le déluge, tel qu'il n'y en a jamais eu auparavant. Un feu tombera du ciel et anéantira une grande partie de l'humanité, les bons comme les méchants, n'épargnant ni les prêtres ni les fidèles.

    Les survivants se trouveront dans une telle désolation qu'ils envieront les morts. Les seules armes qui nous resteront alors seront le Rosaire et le Signe laissé par le Fils. Récitez chaque jour les prières du Rosaire. Avec le Rosaire, priez pour le Pape, les Évêques et les prêtres.

    "L'action du diable s'infiltrera même dans l'Église, de sorte qu'on verra des cardinaux s'opposer à des cardinaux, des évêques contre d'autres évêques. Les prêtres qui me vénèrent seront méprisés et combattus par leurs confrères, les églises, les autels saccagés, l'Église sera pleine de ceux qui acceptent les compromis et le démon poussera beaucoup de prêtres et de consacrés à quitter le service du Seigneur."

    Le démon s'acharne surtout contre les âmes consacrées à Dieu. La perspective de la perte de nombreuses âmes est la cause de ma tristesse. Si les péchés croissent en nombre et en gravité, il n'y aura plus de pardon pour ceux-ci."

    Avec courage, parle à ton Supérieur. Il saura encourager chacune d'entre vous à prier et à accomplir des œuvres de réparation."


    LA STATUE DE MARIE VERSE DES LARMES


    C'était le 4 janvier 1975, premier samedi du mois, vers neuf heures du matin, alors que les esprits étaient encore tout imprégnés de l'atmosphère joyeuse des festivités qui rythment les trois premiers jours de l'année. Je me trouvais au presbytère quand la nouvelle me fut annoncée précipitamment: " La statue de la Vierge pleure! "
    Comme c'était le dernier jour d'une retraite prêchée aux Sœurs, j'avais commencé à préparer le sermon, mais j'ai tout de suite déposé mon stylo pour aller voir.
    Il était normal d'espérer qu'un signe du Ciel viendrait authentifier les messages donnés à trois reprises par la Vierge à Sœur Agnès. Je m'attendais plus ou moins à la venue prochaine d'un nouveau miracle.
    En y réfléchissant bien, ce genre de prodige auquel personne ne s'attendait devait être sans aucun doute le miracle le plus approprié pour une telle cause. Grâce touchante du Ciel en harmonie parfaite avec le contenu des messages, qui remplit à tout instant le cœur d'une profonde gratitude.

    Les notes et souvenirs de Sœur Agnès, qui fut l'un des premiers témoins oculaires, évoquent le jour de la première lacrymation:

    "C'était après le temps de prière qui succède au petit déjeuner. Sœur K., qui mettait de l'ordre dans la chapelle, vint m'appeler en courant, alors que j'étais dans le couloir:"
    - Agnès, viens voir!"
    Me demandant ce qui se passait, je l'ai suivie dans la chapelle. Elle m'a montré du doigt la statue de la Vierge."

    Qu'y a-t-il?, lui ai-je demandé en regardant son visage qui avait pris une couleur terreuse. Le doigt qu'elle tendait tremblait comme une feuille. Me rapprochant de la statue, j'ai eu un choc en voyant son visage: il y avait de l'eau accumulée dans les deux yeux."
    - Oh! de l'eau.... me suis-je dit quand l'eau s'est mise tout à coup à dégouliner. De l'eau qui coule des yeux... Mais alors, ce sont des larmes!, ai-je pensé en moi-même. Est-ce que ce seraient les larmes de la Sainte Vierge?, ai-je demandé à Sœur K., mais celle-ci restait figée et ses lèvres étaient agitées d'un tremblement nerveux."
    Sentant mes genoux plier, je me suis prosternée. Puis reprenant mes esprits et me disant qu'il fallait faire quelque chose, je me suis précipitée au téléphone pour avertir le Père qui se trouvait au presbytère à ce moment-là."
    Ensuite, ce fut l'affolement général. Le Père est arrivé aussitôt et toute la communauté s'est retrouvée dans la chapelle en l'espace de quelques instants. Prosternée dans le fond, je n'avais pas le courage de m'approcher de la statue. Je priais en moi-même de toutes mes forces: Sainte Marie, pardonnez-moi. C'est moi qui vous fais pleurer. Pardon! Seigneur, pardonnez-moi parce que je suis pécheresse."
    Marie pleure parce qu'on n'a pas tenu compte de toutes les grâces obtenues par son intercession! J'étais abattue par le poids du regret."
    Ce jour-là, les larmes sont apparues encore deux fois. La deuxième fois, il était une heure de l'après-midi. Comme deux Sœurs retraitantes devaient repartir plus tôt, je suis allée reprendre des médailles exposées en offrande devant la statue de Marie, car j'étais de service à la sacristie ce jour-là. Quand j'ai regardé son visage pour la saluer, après les avoir retiré de la tablette, je fus stupéfaite de voir que les larmes s'étaient remises à couler. Je me suis sentie secouée par une émotion encore plus forte que la première fois, sans doute parce que je les avais découvertes moi-même et de tout près. Mais je me suis ressaisie et j'en ai informé une Sœur qui se trouvait à l'autre extrémité, puis je me suis dépêchée d'aller le dire aux autres. Elles sont arrivées aussitôt avec le Père et nous avons récité un chapelet. "A quatre heures, le Père a commencé la causerie.
    J'ai été touchée quand il a expliqué que ces larmes étaient la preuve de l'authenticité des messages. L’émotion que j'avais refoulée jusque-là m'a assaillie subitement et j'ai senti mon corps se vider de toutes ses énergies."
    Après le sermon, le Père s'est aperçu que j'étais dans un état d'affaiblissement tel que j'étais incapable de me lever, tandis que mes compagnes semblaient avoir cru simplement que je m'attardais à prier."
    La troisième fois, les larmes se sont mises à couler alors que j'étais restée ainsi pendant un long moment absorbée dans la prière. Vers six heures et demie du soir, la Sœur venue battre le rappel pour le dîner s'en est aperçue et c'est elle qui nous l'a fait remarquer. Nous étions deux à prier dans la chapelle."
    Cette fois-ci, les larmes ne s'écoulaient plus par accumulation et débordement, elles ruisselaient les unes après les autres. Elles affluaient, affluaient... En un flux continuel, elles formaient des filets sur les joues, le menton, jusque sur la poitrine, et tombaient goutte à goutte."
    J'ai trouvé tout juste la force de me prosterner, me répétant en moi-même sans pouvoir remuer les lèvres:"
    - Sainte Marie, Sainte Marie, pourquoi à ce point... ?"

    Les Sœurs qui étaient accourues semblaient elles aussi fortement impressionnées. Mêmes celles qui étaient restées perplexes les deux premières fois, peut-être parce qu'elles n'avaient pas bien vu, paraissaient convaincues cette fois-ci de l'évidence du miracle."
    Monseigneur qui était arrivé entre temps et voyait les larmes pour la première fois a fait apporter de l'ouate et a essuyé lui-même au fur et à mesure."
    Vingt personnes furent témoins de ces trois lacrymatoires successives. D'ordinaire, il y avait moins de dix Sœurs présentes dans le couvent, mais des membres de branches régionales s'étaient jointes à nous pour la retraite du nouvel an. Quant à moi qui ai observé le phénomène minutieusement à chaque fois, j'en ai été profondément touché.

    Les deux yeux de la statue de bois brillaient, le liquide s'accumulait, débordait, ruisselait, tout à fait comme ceux d'un être humain. Chacun en reparla ensuite comme s'il avait assisté aux larmes d'une personne vivante. Les larmes apparaissaient sur le bord intérieur des yeux où se trouvent les glandes lacrymales, coulaient le long du nez, sur les joues, puis tombaient goutte à goutte, exactement comme une personne humaine qui pleurerait toutes les larmes de son corps en conservant la même position. Les gouttes s'arrêtaient sous le menton comme de petites perles, s'accumulaient sur le col du vêtement, roulaient sur la ceinture, suivaient les plis de la robe et tombaient sur le globe.

    Qui pourrait prétendre donner une explication naturelle à un tel phénomène? Les analyses scientifiques du liquide effectuées par la suite ont montré qu'il s'agissait bien de "larmes humaines". Quand on voit sortir un liquide des yeux d'une statue de bois, alors que celui-ci est si sec qu'il est déjà craquelé par endroits, on ne peut s'empêcher de penser que ce sont les vraies larmes de Marie suscitées une nouvelle fois par la puissance créatrice de Dieu.

    Qu'ils croient à la sur naturalité des faits ou qu'ils n'y croient pas, tous les témoins disent avoir été profondément touchés, car ils avaient vraiment eu l'impression de voir pleurer Marie en personne. Avec le temps, il semble que le doute se soit pourtant installé chez certains. Mais quand on tente d'éclairer le miracle avec les seules lumières de l'intelligence humaine on ne comprend rien et on ne solutionne rien; il est évident que c'est la porte ouverte au scepticisme.
    Si l'on considère que le miracle transcende toutes les lois naturelles et ne peut être provoqué que par la toute-puissance de Dieu, se demander s'il s'agit d'un petit miracle ou d'un grand miracle n'a pas de sens. On ne peut que s'incliner devant le mystère en se gardant de toute argumentation creuse.

    Il y a encore des gens qui non seulement prennent les faits à la légère, mais essayent par tous les moyens de faire valoir la thèse de facultés ectoplasmiques chez Sœur Agnès alors qu'ils ne peuvent avancer aucune preuve à l'appui de leurs affirmations. Or, les études scientifiques menées au cours des dix dernières années n'ont pas permis de nier le caractère surnaturel de ces phénomènes.
    Il est à mon sens tout aussi impossible à l'homme de faire sortir des larmes humaines d'un morceau de bois que de changer de l'eau en vin. J'ai le sentiment d'être en présence d'un prodige aussi inouï que celui des noces de Cana dans l'Évangile de Jean où Jésus transforme l'eau en vin.
    La statue réalisée dans du bois d'arbre de Judée plus de dix ans auparavant par M. Saburô Wakasa, un sculpteur renommé de la région, avait complètement séché depuis sa réalisation et de petites fissures commençaient à apparaître. Il est déjà miraculeux que de l'eau soit sortie d'un tel matériau, mais il est encore plus prodigieux qu'un liquide légèrement salé, de vraies larmes humaines se soient écoulées précisément des yeux.
    Au début, la stupéfaction était telle que personne n'aurait eu l'idée de prendre des photos, mais on le fit par la suite et les preuves objectives restent ainsi conservées. Comment peut-on persister à taxer ces réalités d'illusion ou d'hallucination?
    Ainsi, les lacrymatoires qui ont commencé le 4 janvier 1975 se sont succédées à des intervalles plus ou moins réguliers, parfois jour après jour, jusqu'au 15 septembre 1981, jour où les larmes coulèrent pour la dernière fois.
    Le phénomène s'est reproduit cent une fois.

    Les apparitions d'Akita sont reconnues par l'évêque du lieu




    avatar
    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5200
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Post  Maiv Tooj on 30th March 2011, 8:40 am


    Zaj teev Ntuj uas HT. Yes Xus hais rau tus ntxhais Vassula


    Mim, nws puas khoom txhais zaj teev Ntuj nov, yog nws txhais no ntshe yuav ntxaws dua.





    Eucharistic Prayer of Akita



    Most Sacred Heart of Jesus, truly present in the Holy Eucharist,

    I consecrate my body and soul to be entirely one with Your Heart,

    being sacrificed at every instant on all the altars of the world

    and giving praise to the Father, pleading for the coming of His Kingdom.

    Please receive this humble offering of myself.

    Use me as you will for the glory of the Father and the salvation of souls.

    Most Holy Mother of God, never let me be separated from Your Divine Son.

    Please defend and protect me as Your special child.

    Amen.


    Prière pour le Japon dictée par Jésus à Vassula



    Père,
    dans Ton Amour fidèle,
    tourne-Toi vers le Japon ;
    dans Ton immense Tendresse,
    sois prompt dans Ta Miséricorde ;
    écoute les pauvres et les miséreux ;
    par Ton pouvoir salvateur,
    élève le Japon à Te glorifier ;
    Ô Père très Tendre,
    enseigne-leur dès l'enfance Tes Lois
    afin qu'ils puissent proclamer Tes Merveilles
    et Te chanter un Hymne continuel ;
    que cette nation devienne un hymne à l'Hymne,
    un irrésistible parfum d'encens ;
    je T'en prie, Ô Seigneur et je T'en supplie :
    que par Ta Parole, Tu puisses venir à cette nation.
    Amen.

    Prière donnée à Sapporo, le 23 juin 1997.



    avatar
    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5200
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Post  Maiv Tooj on 31st March 2011, 7:21 am


    Outbreaks of AKITA JAPAN

    1st Post: Friday, July 6, 1973


    It was already dark night when, about three o'clock in the morning ... I was praying. That's when I heard a voice coming from I know not where, and who told me: "Do not be afraid. Do not pray just because of your sins, but repairing those of all men. world today wounds the most Sacred Heart of Our Lord by his ingratitude and insults. The wounds of Mary are much deeper and more painful than yours.

    Come to the chapel to pray together. "The person who was speaking was the pretty girl who had said the prayer with me in the chapel."
    I probably had a little accustomed to it. The fact is that I am emboldened to first look at the faces of those who stood so close to my right shoulder. Seeing the resemblance was so striking that I instinctively gave the name of my beloved sister. It had died a few years ago after having received the grace of baptism. "

    Then she smiled sweetly and gave me a light "not" head: "I am the one who is with you and watch over you." At the same time, she made me sign out and disappeared before my eyes. I quickly dressed again and when I went out into the corridor, she was a few steps ahead of me. I followed her through the long hallway, with quick steps, inhabited by a sense of security quite comparable with the little child that holds hands. As soon as I set foot in the chapel, which was so close to me as a reassuring presence vanished from my eyes. "Finding myself alone, I made a hello in the direction of the altar, and then I headed towards the statue of the Blessed Virgin."

    The lyrics of the "woman" still ringing in my mind: "Mary's wound is much deeper and painful ..."
    At the time, the statue was located right at the bottom of the altar, which was raised. When I set foot on the step of the altar, I felt suddenly that the wooden statue came to life and was about to speak to me. I looked: it was bathed in bright light. Instinctively, I knelt down and at the same time a voice of indescribable beauty struck my ear totally deaf:

    "- My daughter, my novice, you've obeyed well in abandoning all to follow me. The infirmity of your ears is it painful? They heal, you can be sure. Be patient. This is the last event. The injury of the hand makes you hurt? requests reparation for the sins of mankind. Everyone in this community is my irreplaceable daughter.
    Do you say well the prayer of the Handmaids of the Eucharist? Come, let us pray together. "

    As she began the prayer, the angel who led me to the chapel reappeared beside me and joined our voices.
    Still kneeling and spirit void of any thought, I had to start the sentence "Jesus in the Eucharist" when the voice interrupted me: "actually present", and as if to imbue in my troubled mind The full voice: "Now you will add really," she said emphasizing the word really. "

    Do I even found the time to answer yes? All I know is that I could think of nothing else I join the voices which seemed inexpressible beauty come from heaven. I was helped by the sweet voice that spoke with me:

    "O Jesus are truly present in the Eucharist, I join my heart to Your Heart adorable slain in perpetual sacrifice on all the altars of the world, in praise of the Father, imploring the coming of your kingdom, and I made the total dedication of my body and my soul. Please accept this humble offering as you please, for God's glory and the salvation of souls. Holy Mother of Heaven, let not that I am never separated from your Divine Son and keep I always like your property. Amen. "

    When the prayer was finished, the voice continued:

    "Pray much for the Pope, Bishops and priests. Since your Baptism you have always prayed faithfully for them. Continue to pray very much, very much. Convey to your superior what happened today and obey him in everything you say. Currently, he asked us to pray fervently. "

    The voice was silent and after a short time, the angel began a prayer that is familiar. I took him immediately: "Lord Jesus Christ, Son of the Father ..." When the prayer was finished, I timidly raised his head: the luminous splendor had completely disappeared. An angel was no longer visible and the statue was back to normal. "



    2nd Message: August 3, 1973, First Friday


    A week has passed. Sister Agnes began the day with a prayer times longer than usual to the chapel. The morning passed without event. In the afternoon, during a visit to the Blessed Sacrament, she recounts what happened:

    "I stayed to meditate on the Passion of Our Lord from half past two in the afternoon and I recited a rosary. Had it been more than an hour since I came to the chapel ? That day, the angel appeared, which had not happened long ago, and he recited the rosary with me. Meanwhile, I had in mind issues of Monsignor and I prayed secretly given me the opportunity to formulate them.

    The angel had he guessed my desire? The opportunity was given to me quickly:
    'You have something to ask? Come on, you need not bother you,' he said with a smile, bending his head slightly. So, taking my courage in both hands, very impressed, I began the first word, when suddenly, the statue of Mary, the first time I heard as the voice of indescribable beauty:

    "My daughter, my novice, do you love the Lord? If you love the Lord, hear what you have to dire.C is very important. You will send it to your superior."

    "Many men in this world afflict the Lord. I want to console the souls. To soften the anger of the Heavenly Father, I wish, with my Son, for souls who repair by their suffering and their poverty for the sinners and ungrateful. "

    "To tell the world his anger, the Heavenly Father is preparing to inflict a great chastisement on all mankind. With my Son I have intervened so many times to appease the wrath of the Father. I have prevented the coming of calamities by offering him the sufferings of the Son on the Cross, His precious Blood, and beloved souls who console and form the cohort of victim souls. Prayer, penance and courageous sacrifices can soften the Father's anger. I also want to your community. she likes poverty, is sanctified and pray in reparation for the ingratitude and outrages of so many men.

    Recite the prayer of the Handmaids of the Eucharist by taking well aware of its contents; put it into practice; offer in reparation for sins. That each tries, in his capacity and position, to afford fully to the Lord. "

    Even in a secular order, prayer is necessary. Already, the souls who want to pray are being collected. Not to get too attached to the form, be faithful and fervent in prayer to console the Master. "

    After a pause:

    "What you think in your heart, is this true? Are you really determined to become the rejected stone? My novice, you who want to be dedicated to Christ, to become the wife worthy of the Bridegroom, gives your vows knowing that you have to be fixed on the cross with three nails. These three nails are poverty, chastity and obedience. Of the three, obedience is the foundation. In total abandon, let yourself be guided by your Superior. He will understand you and lead you. "

    It was a voice of indescribable beauty, as there can be only in Heaven. I was too impressed.

    However, during the evening service was a most unusual phenomenon, which brought the metamorphosis of the hand to the attention of all. The office would soon end when the statue again became resplendent with light. One of the sisters, who was at the forefront, saw fluid dripping like sweat and went to inform the absent.

    Sister Agnes, who had his head down and did not suspect anything, suddenly felt someone beside her. She looked up and saw the angel who spoke to him:

    "Mary is even sadder than when it was pouring blood. Wipe the sweat."

    She joined the others who had brought a bag of cotton wool. At five, they épongèrent sweat with great care and devotion. Whole body was soaked. They had good wipe, wipe ... A liquid similar to sweat oozed fat constantly, especially on the forehead and neck. To the amazement mingled grief shared by all. Sister K. prayed with tears in his voice: "Holy Mary, we forgive you cause so much sadness and pain. We ask forgiveness for our sins and our faults. Protect us, help us!" and each of s apply to dry with the other place that comes before his eyes in a common intention to repair and veneration. The cotton is soaked twist.

    After dinner, we returned to see the statue: it is again in sweat. In a panic, the sisters are starting to dry. You can even hear Sister 0. Which is not a natural talker, whisper a sad voice: "My cotton does not wet. It seems that it does not run when I wipe." As soon as in response to his anguished words, the cotton holds it takes to drink like a sponge soaked in water, which impressed many.

    After a time, one of the sisters remarked that the cottons feel good. Each begins to feel his own: he exudes a subtle essence which we can not say whether she takes the rose, violets or lilies. This is the rapture general, we never felt as wonderful an essence. When Sister 0. says that the most subtle scents can exhale such sweetness, and it is the opinion of everyone, one wonders if this is not the fragrance of Paradise.

    The following Sunday, when they enter the chapel, they are struck by the same scent. The Superior will ensure it comes right from the statue while the others remained in their place, feel like wrapped in delicious scents. The reduction of the night caused by the discovery of the sweat gives way to peace and joy that radiate from all faces.

    The fragrance stays in the chapel. Every time we went there, it felt like to be transported to heaven.



    THE THIRD MESSAGE OF THE VIRGIN



    Soon after, his companions entrust the care of the house while they go out in town. She took the opportunity to get to the chapel where she decides to tell the chapelet.Elle says:
    "Leaving my rosary, I knelt and I made the sign of the cross. Hardly was this gesture that he completed the Voice of unspeakable beauty of the statue came to my deaf ears. From the first word I I am prostrate on the ground by focusing my attention:
    "My dear daughter, listen well to what I'll tell you. You will inform your superior." After a short silence:

    "As I've already said, if men do not repent and do not improve, the Father will inflict a terrible punishment to all mankind. This will be a punishment worse than the flood, as there never was before. Fire will fall from heaven and consume a large part of humanity, both good and bad, sparing neither priests nor faithful.

    The survivors will find themselves in such despair that they will envy the dead. The only weapons that we will then be the Rosary and the Sign left by the Son. Recite daily prayers of the Rosary. With the Rosary, pray for the Pope, Bishops and priests.

    "The work of the devil will infiltrate even the Church, so we will see cardinals opposing cardinals, bishops against other bishops. The priests who venerate me will be scorned and opposed by their confreres , churches, altars sacked, the Church will be full of those who accept compromises and the demon will push many priests and consecrated persons to leave the service of the Lord. "

    The demon hounds especially against souls consecrated to God. The prospect of the loss of many souls is the cause of my sadness. If sins increase in number and severity, there will be no forgiveness for them. "

    With courage, speak to your superior. It will encourage each of you to pray and to accomplish works of reparation. "


    THE STATUE OF MARY VERSE OF TEARS

    It was January 4, 1975, the first Saturday of the month, about nine o'clock in the morning, when the spirits were still imbued with the atmosphere of joyful festivities that mark the first three days of the year. I was at the rectory when the news came to me suddenly announced: "The statue of the Virgin weeps!"
    As was the last day of a retreat preached to the sisters, I started preparing the sermon, but I immediately put my pen to go.
    It was normal to expect a sign from heaven would authenticate the messages given three times by the Virgin to Sister Agnes. I expected more or less to the imminent arrival of a new miracle.
    On reflection, this kind of miracle that nobody was to be expected without a doubt the miracle most appropriate for such a cause. With touching the sky in perfect harmony with the message content, which fills the heart at every moment of profound gratitude.

    The notes and memories of Sister Agnes, who was one of the first eyewitnesses recall the first day of tearing:

    "It was after the prayer time which follows the breakfast. Sister K., who put order into the chapel, came running to call me while I was in the hallway"
    - Agnes, come see! "
    Wondering what was going on, I followed her into the chapel. She pointed to the statue of the Virgin. "

    What is it?, I asked him looking at his face which had taken an earthy color. The finger that it tended shaking like a leaf. I got closer to the statue, I was shocked to see her face there was water accumulated in both eyes. "
    - Oh! water .... I told myself when the water began suddenly to drip. Water flowing from my eyes ... But then, these are tears, I thought to myself. Will this be the tears of the Blessed Virgin?, I asked Sister K., but it was still frozen and his lips were agitated with a nervous trembling. "
    Feeling my knees bend, I prostrate. Then resuming my spirits and telling me he had to do something, I rushed to the phone to alert the Father who was the parsonage at that time. "
    Then came the general panic. Santa arrived and soon the whole community was found in the chapel in a few moments. Prostrate in the background, I had not the courage to approach the statue. I prayed to myself with all my strength: Holy Mary, forgive me. It is I who make you cry. Pardon! Lord, forgive me because I am a sinner. "
    Mary is crying because we did not take into account all the graces obtained through her intercession! I was depressed by the weight of regret. "
    That day, the tears appeared twice. The second time it was an hour of the afternoon. As two sisters retreatants had to start earlier, I went back medals exposed as an offering to the statue of Mary, because I was on duty in the sacristy that day. When I watched his face for the bow, after having withdrawn from the shelf, I was amazed to see that the tears had again begun to flow. I felt shaken by an emotion even stronger than before, probably because I had discovered myself and nearby. But I got myself together and I told a sister who was at the other end, then I hurried to go and tell others. They arrived promptly with the Father and we recited a rosary. "At four o'clock, Father began chatting.
    I was touched when he explained that those tears were proof of the authenticity of messages. The emotion that I had repressed until then suddenly assailed me and I felt my body being depleted of all its energies. "
    After the sermon, Father realized that I was in a weakened state as I was unable to get up, while my companions seemed to have simply thought that I lingered to pray. "
    The third time, the tears began to flow while I stayed on for a long time absorbed in prayer. Around half past six in the evening, came the Sister fight the recall for dinner has noticed us and she noted. We were two to pray in the chapel. "
    This time, tears will not flow through accumulation and overflow, they trickled one after the other. They flocked flocked ... In a continuous flow, they formed fillets on the cheeks, chin, onto his chest and fell drop by drop. "
    I found just enough strength to prostrate myself, repeating myself in myself without moving his lips to "
    - Mary, Mary, why at this point ... ?

    The sisters who were also flocking seemed highly impressed. Even those who had remained perplexed the first two times, perhaps because they had not seen well, seemed convinced this time of obviousness of the miracle. "
    Monseigneur had happened between time and saw the tears for the first time was made of wool and wiped himself with As. "
    Twenty people were witnesses of these three successive lachrymatories. Typically, there were fewer than ten sisters present in the convent, but members of regional branches had joined us for the retirement of the new year. As for me, who have observed the phenomenon thoroughly each time, I was deeply touched.

    Both eyes of the wooden statue shone, the liquid accumulated, overflowing, dripping, much like those of a human being. Everyone then spoke again as if he had attended the tears of a living person. Tears appeared on the inner edge of the eyes where the tear glands, flowed along the nose, cheeks, and then fell drop by drop, just like a human being who cry all the tears from his body keeping the same position . Drops halted under the chin like little pearls, piled on the neck of the garment, rolling on the belt, followed the folds of her dress and fell on the globe.

    Who could claim to give a natural explanation for such a phenomenon? The scientific analysis of the liquid carried out subsequently showed that this was a "human tears." When you see a liquid out of the eyes of a statue of wood, while it is so dry that it is already cracked in places, one can not help thinking that these are the real tears of Mary raised a again by the creative power of God.

    They believe in the naturalness of the facts or they do not believe all the witnesses say they were deeply affected, as they had really felt like crying to see Mary in person. Over time, it seems that doubt will be installed for some however. But when one tries to enlighten the miracle with only the lights of the human intellect can not understand anything and no one solves nothing, it is clear that the door is open to skepticism.
    If one considers that the miracle transcends all natural laws and can not be caused only by the omnipotence of God, wonder if it's a minor miracle or a great miracle has not sense. We can only bow before the mystery by refraining from any hollow argument.

    There are still people who not only take the facts to light, but try by all means to assert the theory of faculties at ectoplasmic Sister Agnes, so they can not advance any evidence to support their claims. However, scientific studies conducted over the last ten years have failed to deny the supernatural character of these phenomena.
    It is my opinion just as impossible for man to human tears out a piece of wood as changing water into wine. I have the feeling of being in the presence of a prodigy as incredible as that of the wedding at Cana in John's Gospel where Jesus turns water into wine.
    The statue made of wood Judas tree over ten years ago by Mr. Saburo Wakasa, a renowned sculptor in the region, had completely dried since its creation and small cracks began to appear. There is already a miracle that the water is out of such material, but it is even more amazing that a slightly salty liquid, real human tears have passed specifically the eyes.
    Initially, the amazement was such that nobody would have dreamed of taking pictures, but we did afterwards and objective evidence thus remain preserved. How can we continue to tax these realities of illusion or hallucination?
    Thus, lachrymatories which began January 4, 1975 have succeeded in more or less regular intervals, sometimes day after day, until September 15, 1981, the day when tears flowed for the last time.
    The phenomenon was repeated one hundred and one times.

    Akita apparitions are recognized by the bishop





    avatar
    Mim
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 1770
    Date d'inscription : 2009-10-16

    Re: Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Post  Mim on 31st March 2011, 9:19 am

    Tais Tooj,

    Yog li koj hais, yogmuab tau zaj no txhais ua lus Hmoob mas peb cov Hmoob uas tsis paub lus Fab Kis thiab lus Aas Kiv yuav to taub zoo dua. Cia kuv muaj sij hawm tso kuv mam li tuaj muab txhais os nawb.

    Kuv lam muab zaj "Eucharistic Prayer of Akita" txhais dog dig zoo li no. Yog nej leej twg xav pab tuaj kho no los kav tsij tuaj pab thiab, vim tej lus luag hais mas zoo li peb Hmoob tsis muaj lo lus yuav los txhais tau lub ntsiab kom zoo li.

    Eucharistic Prayer of Our Lady of Akita

    Most Sacred Heart of Jesus, truly present in the Holy Eucharist, I consecrate my body and my soul to be entirely one with Your Heart being sacrificed at every instant on all the altars of the world and giving praise to the Father, pleading for the coming of His Kingdom.
    Please receive this humble offering of myself. Use me as You will for the glory of the Father and the salvation of souls.

    Most holy Mother of God, never let me be separated from Your Divine Son. Please defend and protect me as Your Special Child. Amen.


    Zaj teev ntuj hawm lub Cim Yug nyob Akita.

    HT Yes Xus lub Plawv ntshiab uas nyob hauv lub Cim Yug tiag, Kuv muab kuv lub cev thiab tus ntsuj plig tas nrho los cev rau koj, kom koom ua ib tug nrog koj lub Plawv uas raug muab txi rawv txhua lub sij hawm rau saum tas cov thaj txi ntuj nyob thoob ntiaj teb los cav txog leej txiv Tswv ntuj, thiab los thov kom nws txoj kev ua vaj tuaj kav txog peb. Thov koj ua siab txais ib tug neeg me zoo li kuv. Thov siv kuv ywj koj siab los ua kom leej Txiv lub koob meej nto moo thiab los pab muab kev cawm rau cov neeg tus ntsuj plig.

    Tswv Ntuj leej Niam tus uas ntshiab huv kawg nkaus,
    thov koj tsis txhob pub kom kuv ncaim deb ntawm koj leej Tub uas yog Tswv Ntuj. Thov koj tuaj pab kuv thiab pov hwm kuv, zoo li koj tus me nyuam tseem ceeb.
    Ua li.
    avatar
    Maiv Tooj
    Tswv Cuab Hmong Catholique
    Tswv Cuab Hmong Catholique

    Messages : 5200
    Date d'inscription : 2009-08-18

    Re: Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Post  Maiv Tooj on 31st March 2011, 9:29 am



    Nyob zoo Mim,

    Yog txhais tau mas zoo heev, tab sis ntau zog lawm ces koj saib qhov twg tseem ceeb ces txhais qhov ntawd xwb mog. Yam li cov Messages tseem ceeb xwb. Kom peb paub tias peb yuav teev Ntuj li cas, qhov twg yog qhov tseem ceeb tshaj uas peb yuav thov Ntuj rau. Vim qhov ntau ces peb pom ntawm peb lub taub ntswg xwb es peb twb tau tau zoo los peb tseem thov Ntuj tas zog rau peb, tsis tssi nco qab thov rau tej qhov tseem ceeb lawm...Kuv pom ib qho mas hais raug Peb Hmoob lub caij no kawg nkaus...Ua rau kuv los kua muag...

    Kuv tseem tab tom txhais Padre Pio lub neej...Mim, cas dab tsi los yuav tsum ua, ua tsis yeej li...




    Sponsored content

    Re: Niam Mab Liab Tshwm Sim Nyob Akita, Japan

    Post  Sponsored content


      Current date/time is 24th March 2017, 6:56 pm